L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort, ce mercredi, à l'âge de 94 ans. Chef de l'État de 1974 à 1981, il a marqué la Ve République par un style présidentiel tranchant avec ses prédécesseurs. Retour en image sur la vie et la carrière politique de l'ancien président.

Tout au long de sa vie, Valéry Giscard d'Estaing a représenté un style à part, entre modernité et tradition
Tout au long de sa vie, Valéry Giscard d'Estaing a représenté un style à part, entre modernité et tradition © AFP

Un style présidentiel neuf, une carrière politique d'une grande longévité... Mort ce mercredi à 94 ans des suites du Covid-19, Valéry Giscard D'Estaing était le président de la République le plus ancien encore en vie. Retour en images sur sa vie, sa carrière, sur le style qu'il a imposé et sur la patte qu'il a laissée dans la politique et la culture en France. 

1962 : Giscard, jeune ministre de de Gaulle

En 1959, Valéry Giscard d'Estaing est l'un des plus jeunes ministres de la Ve République. Il devient secrétaire d'Etat aux Finances à 32 ans, puis ministre de l'Economie et des Finances en 1962.  

Valéry Giscard d'Estaing en 1963 à la sortie d'un Conseil des ministres
Valéry Giscard d'Estaing en 1963 à la sortie d'un Conseil des ministres © AFP / INA / Daniel Fallot

1968 : Le président des Républicains indépendants

Remplacé par Michel Debré au gouvernement, tout début 1966, il crée cette année-là son propre parti, la Fédération nationale des républicains indépendants, qui se veut comme un soutien à la majorité. Mais il prend toutefois ses distances avec le gaullisme, en lançant son parti dans la course aux législatives l'année suivante.

En février 1968, il donne l'une de ses premières conférences de presse en tant que président des Républicains indépendants
En février 1968, il donne l'une de ses premières conférences de presse en tant que président des Républicains indépendants © AFP / INA / Georges Hernad

1969 : Soutien à Pompidou

Pendant la campagne présidentielle suivante, Valéry Giscard d'Estaing soutient Georges Pompidou. A l'élection de celui-ci, il redevient ministre de l'Economie et des Finances.

Une affiche de soutien à Georges Pompidou en 1969
Une affiche de soutien à Georges Pompidou en 1969 © AFP / STF

1970 : Un homme de télévision

Le ministre de Pompidou, à peine quadragénaire, maîtrise parfaitement l'appareil médiatique, et fait le tour des plateaux télévisés. Il utilisera avec brio la télévision pour sa campagne électorale en 1974 – et transformera le paysage audiovisuel français dans la foulée, démantelant l'ORTF pour en faire des entreprises publiques (dont Radio France).

Valéry Giscard d'Estaing, ici sur le plateau de l'émission À Armes Egales, avec Jean-Jacques Servan Schreiber et Alain Duhamel
Valéry Giscard d'Estaing, ici sur le plateau de l'émission À Armes Egales, avec Jean-Jacques Servan Schreiber et Alain Duhamel © AFP / INA / Jacques Chevry

1973 : L'Auvergnat à l'accordéon

Le style Giscard d'Estaing est marqué par la proximité de l'homme politique avec les Français. L'un de ses talents, c'est l'accordéon : on le voit régulièrement jouer un air lors de fêtes populaires, comme ici avec Yvette Horner. 

Valéry Giscard d'Estaing et Yvette Horner, en 1973 à Montmorency
Valéry Giscard d'Estaing et Yvette Horner, en 1973 à Montmorency © AFP / Daniel Janin

Peu avant d'entrer en campagne présidentielle, on le voit en pleine partie de football à Chamalières, en Auvergne.

Valéry Giscard d'Estaing sur le terrain, en 1973 à Chamalières
Valéry Giscard d'Estaing sur le terrain, en 1973 à Chamalières © AFP / STF

1974 : Un nouveau président pour la France

Face à François Mitterrand, Valéry Giscard d'Estaing se lance en campagne pour les élections de 1974. 

Le graphisme des affiches de VGE est lui aussi moderne, seul le nom du candidat est présent sur l'affiche.
Le graphisme des affiches de VGE est lui aussi moderne, seul le nom du candidat est présent sur l'affiche. © AFP

Lors du débat télévisé, lui qui maîtrise mieux la communication télévisuelle que son concurrent réussit à prendre l'ascendant. On en retient la célèbre phrase "Vous n'avez pas le monopole du coeur".

Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand sur le plateau de l'ORTF pour le débat d'entre-deux tours
Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand sur le plateau de l'ORTF pour le débat d'entre-deux tours © AFP / Pool

C'est le 20 mai 1974 que Valéry Giscard d'Estaing, à seulement 46 ans, devient le nouveau - et le plus jeune - président de la République française. 

VGE au balcon de son quartier général de campagne, le soir du 20 mai 1974
VGE au balcon de son quartier général de campagne, le soir du 20 mai 1974 © AFP

Il entre à l'Elysée le 27 mai 1974, quelques semaines après la mort de son prédécesseur, Georges Pompidou. 

Valéry Giscard D'Estaing dans la cour de l'Élysée, le 27 mai 1974
Valéry Giscard D'Estaing dans la cour de l'Élysée, le 27 mai 1974 © AFP / INA / Bernard Allemane

Les débuts de son mandat sont marqués par l'apparition d'un nouveau style présidentiel : VGE, comme on le surnomme, reçoit les journalistes dans de grandes conférences de presse dans la salle de réception de l'Elysée - un dispositif repris des décennies plus tard par François Hollande. 

Valery Giscard d'Estaing dans les salons de l'Elysée pour sa première conférence de presse, le 25 juillet 1974
Valery Giscard d'Estaing dans les salons de l'Elysée pour sa première conférence de presse, le 25 juillet 1974 © AFP

Loin de la rigueur de ses prédécesseurs, il n'hésite pas à se montrer en maillot de bain pendant ses vacances. 

VGE, en vacances à Saint-Jean-Cap-Ferret en 1974
VGE, en vacances à Saint-Jean-Cap-Ferret en 1974 © AFP / Ralph Gatti

La période est aussi celle pendant laquelle le président travaille de pair avec Jacques Chirac, son Premier ministre. Les deux hommes, qui ne sont pas du même parti, ont souvent eu des relations tendues. 

Valéry Giscard d'Estaing remettant le Grand-Croix de l'Ordre du Mérite à Jacques Chirac, le 24 décembre 1974
Valéry Giscard d'Estaing remettant le Grand-Croix de l'Ordre du Mérite à Jacques Chirac, le 24 décembre 1974 © AFP

Parmi les grandes inaugurations du mandat, Valéry Giscard d'Estaing a notamment ouvert le Centre Pompidou, lieu d'art et de culture souhaité par son prédécesseur, mais dont il ne voulait pas. 

Valéry Giscard d'Estaing lors de l'ouverture du Centre Pompidou, le 31 janvier 1977
Valéry Giscard d'Estaing lors de l'ouverture du Centre Pompidou, le 31 janvier 1977 © Getty / Gamma-Rapho / Jean-Claude Francolon

Les rencontres du président

Valéry Giscard d'Estaing, en tant que président, a rencontré nombre de ses homologues, dont le président américain de l'époque Gérald Ford, avec qui il apparait dans une configuration faisant plus penser à des vacances qu'à un voyage officiel. 

Valéry Giscard D'Estaing et Gérald Ford à la Martinique
Valéry Giscard D'Estaing et Gérald Ford à la Martinique © Getty / Corbis

Le président de la République se déplace beaucoup en Afrique, quelques années seulement après les dernières décolonisations. Il est l'un des présidents qui ont le plus entretenu la "Françafrique". Ici, il est avec le président centrafricain Jean-Bedel Bokassa. L'affaire des "diamants de Bokassa" lui coûtera en partie son échec en 1981. 

Avec Jean-Bedel Bokassa, en mars 1975 à Bangui
Avec Jean-Bedel Bokassa, en mars 1975 à Bangui © AFP

Il coopère étroitement avec le chancelier allemand Helmut Schmidt avec lequel, celui qui s'était engagé à 18 ans en 1944 dans la 1ère armée du général de Lattre de Tassigny, entretient une réelle amitié. La période 1974-81 reste comme une période particulièrement fructueuse des relations entre la France et l'Allemagne. C'est de cette époque que date l'apparition de l'expression "couple franco-allemand".

Rencontre entre le président français Valéry Giscard d'Estaing et le chancelier allemand Helmut Schmidt à Bonn, le 7 juillet 1980
Rencontre entre le président français Valéry Giscard d'Estaing et le chancelier allemand Helmut Schmidt à Bonn, le 7 juillet 1980 © Getty / Gamma-Rapho / Daniel Simon

Après son élection au Vatican, le Président rencontre le nouveau pape, le Polonais Jean-Paul II. 

Avec Jean-Paul II, le 26 octobre 1978
Avec Jean-Paul II, le 26 octobre 1978 © AFP / UPI

En 1980, il rencontre la nouvelle Première ministre britannique, Margaret Thatcher. La "dame de Fer" et lui s'entretiennent notamment sur "l'Entente cordiale" qui règne alors dans les relations internationales, en pleine guerre froide. 

Avec Margaret Thatcher, le 19 septembre 1980
Avec Margaret Thatcher, le 19 septembre 1980 © AFP / Gabriel Duval

Mais la rencontre qui fera le plus parler, c'est avec la princesse Diana. Des années plus tard, dans un roman intitulé "La princesse et le président", Valéry Giscard d'Estaing laissera supposer qu'il a eu une relation avec la Princesse de Galles. 

Valéry Giscard d'Estaing assis à côté de Lady Diana qui préside la 2e Nuit internationale de l'Enfance, le 25 novembre 1994 à Paris
Valéry Giscard d'Estaing assis à côté de Lady Diana qui préside la 2e Nuit internationale de l'Enfance, le 25 novembre 1994 à Paris © Getty / Gamma-Rapho / Serge Arnal

Plus insolite, cette rencontre avec un autre personnage populaire français : Nounours, la vedette de l'émission télévisée "Bonne nuit les petits", qui rythmait alors les soirées des enfants, avant l'heure d'aller au lit.  

VGE et Nounours, lors du Noël de l'Elysée en 1974
VGE et Nounours, lors du Noël de l'Elysée en 1974 © AFP

1981 : Retour en campagne

Après sept ans de mandat, Valéry Giscard d'Estaing se relance dans la présidentielle en 1981. Face à lui, il retrouve à nouveau François Mitterrand. 

Valéry Giscard D'Estaing en pleine séance d'autographes, lors d'un meeting à Lille, le 7 avril 1981
Valéry Giscard D'Estaing en pleine séance d'autographes, lors d'un meeting à Lille, le 7 avril 1981 © AFP

Cette fois, dans le débat d'entre-deux tours, c'est François Mitterrand qui prend l'ascendant. Sa pique sur "l'homme du passif" vaut à Mitterrand de remporter le débat. 

Valéry Giscard d'Estaing face à François Mitterrand, dans un débat opposant les deux candidats lors du deuxième tour des élections présidentielles de 1981
Valéry Giscard d'Estaing face à François Mitterrand, dans un débat opposant les deux candidats lors du deuxième tour des élections présidentielles de 1981 © AFP / INA / Jean-Claude Pierdet

La passation de pouvoir a lieu le 25 mai 1981. 

Juste avant la dernière poignée de main entre les deux hommes, le 21 mai 1981
Juste avant la dernière poignée de main entre les deux hommes, le 21 mai 1981 © AFP / STF

Juste avant son départ, Valéry Giscard d'Estaing s'adresse une dernière fois aux Français et aux Françaises à travers les écrans de télévision. Un discours qui reste culte pour le "Au revoir" qui le conclut. 

Le fameux discours "d'au revoir" de Valéry Giscard D'Estaing,
Le fameux discours "d'au revoir" de Valéry Giscard D'Estaing, / Capture d'écran Youtube/Ina

L'après

S'il reste assez retiré du jeu politique national, Valéry Giscard d'Estaing reste présent dans l'actualité. La sortie de ses mémoires, en trois tomes, s'étale entre 1988 et 2006.

Le 31 août 1991, Valéry Giscard D'Estaing dédicace le second tome de ses mémoires
Le 31 août 1991, Valéry Giscard D'Estaing dédicace le second tome de ses mémoires © AFP / JOEL SAGET

Toujours proche des Français, il n'hésite pas à sortir à nouveau son accordéon de temps à autre. 

VGE avec un groupe folklorique d'accordéon, en 1991 à Paris
VGE avec un groupe folklorique d'accordéon, en 1991 à Paris © AFP / GEORGES BENDRIHEM

Au niveau local, il reste toutefois très investi dans la vie politique de sa région, l'Auvergne, qu'il préside à partir de 1986. A deux reprises, en 1992 et 1998, il se présente à sa propre succession et est réélu.

En meeting en 1992, à Metz, pour la campagne de l'UDF aux élections régionales
En meeting en 1992, à Metz, pour la campagne de l'UDF aux élections régionales © AFP / Franck FIFE

L'un de ses grands projets pour la région Auvergne, c'est Vulcania, un parc d'attractions dédié au volcanisme. Le projet est lancé dès 1990, mais le parc ne verra le jour qu'en 2002. 

En 1997, Valéry Giscard D'Estaing est sur le chantier du futur Vulcania
En 1997, Valéry Giscard D'Estaing est sur le chantier du futur Vulcania © AFP / Philippe Desmazes

On s'en souvient souvent assez peu, mais si c'est sous la présidence de Jacques Chirac que le mandat présidentiel a été réduit à cinq ans, c'est Valéry Giscard d'Estaing qui est à l'initiative de cette réforme, par le dépôt en 2000 d'une proposition de loi en ce sens. 

En 2000, VGE fait campagne pour le passage du mandat présidentiel au quinquennat
En 2000, VGE fait campagne pour le passage du mandat présidentiel au quinquennat © AFP / JEAN-PIERRE MULLER

Homme de lettres, homme d'Europe

En parallèle de sa carrière politique régionale, il est aussi député européen entre 1989 et 1993. Fervent défenseur de l'Europe, il est nommé en 2002 président de la Convention pour le futur de l'Europe. 

Le 28 février 2002, il donne un discours à la tribune de la Convention pour l'avenir de l'Europe
Le 28 février 2002, il donne un discours à la tribune de la Convention pour l'avenir de l'Europe © AFP / Gérard Cercles

En 2005, il défend donc avec ferveur le traité pour une Constitution européenne à l'occasion du référendum - auxquels les Françaises et Français répondront en majorité non. 

Valéry Giscard d'Estaing est l'un des co-auteurs du texte de projet de Constitution pour l'Europe, en 2005
Valéry Giscard d'Estaing est l'un des co-auteurs du texte de projet de Constitution pour l'Europe, en 2005 © AFP / JEAN AYISSI

C'est aussi en tant qu'homme de lettres que Valéry Giscard d'Estaing se distingue : auteur d'une quinzaine d'ouvrages dont des romans aussi bien que des essais, il entre en 2004 à l'Académie française, sur le fauteuil laissé vacant par Léopold Sédar Senghor. 

Le jour de son discours d'entrée à l'Académie française, le 16 décembre 2004
Le jour de son discours d'entrée à l'Académie française, le 16 décembre 2004 © AFP / ERIC FEFERBERG

L'année suivante, il rachète le château d'Estaing, dans l'Aveyron – qui a valu à la famille du président de pouvoir accoler cette particule à son nom. 

Valéry Giscard d'Estaing, en 2005 devant le château d'Estaing
Valéry Giscard d'Estaing, en 2005 devant le château d'Estaing © AFP / Georges Gobet

Plus ancien président de la République encore en vie, il était l'une des références fréquemment consultées à la fois par les médias et par les politiques. Ces dernières années, c'est surtout à l'occasion des cérémonies officielles, et notamment des hommages aux victimes des attentats, que l'ancien président était vu, accompagné de ses successeurs. 

Valéry Giscard d'Estaing et Nicolas Sarkozy, lors de l'hommage au père Jacques Hamel, en juillet 2016.
Valéry Giscard d'Estaing et Nicolas Sarkozy, lors de l'hommage au père Jacques Hamel, en juillet 2016. © AFP / Benoît Tessier