[scald=24449:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Un protocole d'accord permettant la généralisation des primes à la performance pour les médecins libéraux en France a été signé entre l'Assurance maladie et leurs représentants dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le texte, qui porte sur une nouvelle convention médicale d'une durée de cinq ans, ouvre d'autre part la voie à la création d'un secteur tarifaire dit "optionnel" visant à limiter les dépassements d'honoraires pratiqués par certains médecins.

"C'est une révolution dans la rémunération des médecins", a dit Michel Chassang, président de la Confédération des syndicats médicaux français, un des syndicats signataires, sur i> TELE.

En plus de leur rémunération traditionnelle, les médecins pourront ainsi toucher des primes liées à la prévention et au suivi de certaines maladies, dont le cancer et le diabète, la réalisation d'économies par la prescription de médicaments génériques, ou l'équipement informatique de leur cabinet.

Le total des primes pourrait atteindre quelque 9.000 euros.

L'ouverture vers la création d'un secteur optionnel doit quant à elle "permettre à des millions de Français de mieux accéder aux soins, notamment aux soins les plus coûteux c'est-à-dire ceux des blocs opératoires", a dit Michel Chassang.

Avant la signature du protocole d'accord, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir avait critiqué le "désastreux" projet de secteur optionnel qu'elle juge "inefficient et coûteux".

Le texte négocié dans la nuit de mercredi à jeudi devrait être officiellement signé le 26 juillet. Un avenant portant sur la création du secteur optionnel devrait quant à lui être signé d'ici le 30 septembre, ce délai devant permettre aux complémentaires santé de se prononcer.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.