[scald=86819:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Les salariés du privé comme du public devraient bientôt pouvoir faire don de jours de repos à un collègue dont l'enfant est gravement malade.

Les députés ont adopté mercredi, en première lecture, une proposition de loi de l'UMP Paul Salen qui permet aux salariés d'offrir des jours de repos à un collègue dont l'enfant, âgé de moins de 20 ans, est atteint d'une maladie, d'un handicap ou victime d'un grave accident qui rendent indispensable la présence de ses parents auprès de lui.

Les groupes UMP et du Nouveau centre (NC) ont voté pour ce texte. Le groupe PS s'est abstenu tandis que celui du Front de gauche a voté contre.

"Nous aurions préféré avoir le temps et l'occasion, avec les partenaires sociaux, de renforcer les droits existant, de les améliorer, de les regrouper dans un droit plus général et valable pour tous", a dit Jean-Patrick Gille (PS.)

"Malgré la générosité affichée par ce texte, il n'en reste pas moins que la remise en cause du droit au repos l'emporte", a dit Martine Billard (Parti de gauche).

La secrétaire d'Etat aux Solidarités et à la Cohésion sociale, Marie-Anne Montchamp, a apporté le soutien du gouvernement à ce texte qu'elle a qualifié "de fraternel et de bon sens".

Cette proposition de loi s'inspire d'une expérience sur le terrain, dans la Loire, dans la circonscription de Paul Salen, où les salariés de l'usine Badoit, à Saint-Galmier, ont fait don en 2009 de 170 jours de congé à un de leurs collègues dont le jeune fils était en fin de vie.

Pour que le dispositif s'applique, un certificat médical sera exigé attestant de la gravité de la maladie et de la présence indispensable d'un parent auprès de l'enfant.

Le texte précise également que le congé annuel "ne peut être cédé que pour sa durée excédant 24 jours ouvrables".

Le Sénat, où la gauche est désormais majoritaire, devrait examiner à son tour cette proposition de loi dans le courant du mois de février.

Emile Picy, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.