un duel ump-fn pour reprendre le fauteuil de jérôme cahuzac à l’assemblée
un duel ump-fn pour reprendre le fauteuil de jérôme cahuzac à l’assemblée © reuters

Les candidats de l'UMP et du Front national s'affronteront au second tour de l'élection législative partielle de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) pour succéder au socialiste Jérôme Cahuzac, selon les résultats définitifs du premier tour.

Le candidat PS Bernard Barral, qui espérait sauver le siège de l'ancien ministre du Budget, n'a obtenu dimanche que 23,69% des suffrages et n'a pas réussi à atteindre le seuil de 12,5% des inscrits pour rester en course.

Le parti socialiste perd donc un siège supplémentaire à l'Assemblée.

Pour qui vont voter les électeurs de gauche? le reportage de Sébastien Baer

Les déclarations des candidats

Bernard Barral (PS), Jean-Louis Costes (UMP) et Etienne Bousquet-Cassagne (FN) réagissent à la publication des résultats.

Les résultats

L'UMP Jean-Louis Costes devance le candidat socialiste, avec 28,71% des voix, le candidat du Front national, Etienne Bousquet-Cassagne (26,04)%. Jérôme Cahuzac avait démissionné de l'Assemblée nationale après avoir admis détenir un compte clandestin à l'étranger. Il avait longtemps envisagé de se représenter devant les électeurs qui l'avaient élu député en 2007 et réélu en 2012. L'abstention a été forte : environ 46% des électeurs inscrits seulement sont allés voter, contre 57,73% en 2012.

Le FN fait peur, le reportage de Frédéric Bourgade

Le PS a immédiatement appelé à "faire barrage" au FN au second tour, qui arrive en outre en tête à Villeneuve-sur-Lot, la ville dont M. Cahuzac fut maire. Le scrutin intervenait en outre après deux défaites électorales pour le Parti socialiste, qui a perdu le week-end dernier deux circonscriptions des Français à l'étranger, au profit de l'UDI et l'UMP. Le second tour est organisé dimanche prochain.

Quels sont les enseignements du scrutin ? Marc Fauvelle

"Une séquelle" de l'affaire Cahuzac?

Le président de la République François Hollande a estimé que ce résultat devait être analysé comme une "séquelle" de l'affaire Cahuzac, sans vouloir en tirer d'autres conclusions. Jean-François Copé, lui appelle à voter UMP au deuxième tour.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.