[scald=100907:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - François Fillon aurait "mieux fait de se taire" lorsqu'il a évoqué l'inadéquation, à ses yeux, des traditions "ancestrales" d'abattage rituel juive et musulmane avec le monde moderne, a estimé mardi Dominique de Villepin, qui juge cette polémique "lamentable".

Interrogé lundi sur le débat autour de l'abattage halal, relancé par Nicolas Sarkozy et son ministre de l'Intérieur Claude Guéant, le Premier ministre a estimé sur Europe 1 que "les religions devraient réfléchir au maintien de traditions qui n'ont plus grand'chose à voir avec l'état aujourd'hui de la science, l'état de la technologie, les problèmes de santé".

"François Fillon est un homme de grand talent qui sait qu'en politique il faut parfois se taire", a commenté Dominique de Villepin sur Europe 1.

"Ça veut dire qu'il aurait mieux fait de se taire," a ajouté l'ancien Premier ministre, candidat de République solidaire à l'élection présidentielle.

Les propos du Premier ministre, qui ont "stupéfait" les autorités religieuses, ont également fait réagir à gauche et jusque dans les rangs de l'UMP.

Le sénateur socialiste François Rebsamen, membre de l'équipe de campagne de François Hollande, a estimé mardi sur LCI qu'avec cette déclaration, François Fillon avait fait une gaffe digne du personnage de bande dessinée "Gaston Lagaffe".

Salima Saa, secrétaire nationale de l'UMP au développement urbain, a pour sa part déclaré lundi sur Twitter ne pas "cautionner" des propos "qui assimilent l'abattage de la viande halal à des 'pratiques ancestrales'".

Chine Labbé, édité par Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.