vincent peillon, candidat aux élections euroéeennes
vincent peillon, candidat aux élections euroéeennes © reuters

Vincent Peillon a officialisé sa candidature aux élections européennes de juin prochain... Un coming-out qui tente beaucoup de ministres, convaincus "qu'être élu, c'est être légitime". Petit point sur ceux qui sont sur les starting-blocks...

Peillon peut partir... et les autres ? Vincent Peillon l'a confirmé hier, il sera bien candidat aux élections européennes en juin prochain. Le ministre de l'Education explique qu'il tient à conserver son mandat de député à Strasbourg. Une candidature qui laise envisager un départ du gouvernement. Car s'il est élu, il devra choisir entre son siège d'élu et son porte-feuille ministériel en vertu du non-cumul des mandats.

Mais il n'est pas le seul ministre à avoir la tentation du départ... Marion Lagardère.

La raison invoquée par Vincent Peillon est simple : "Être élu, c'est garder une légitimité politique". Et peu importe le suivi de sa réforme des rythmes scolaires. En privé ses proches expliquent qu'elle sera déjà bien lancée.

Une manière de suggérer que, le gros du travail ayant été fait, il pourrait préférer le parlement européen au ministère de l'Education.

Et il est loin d'être le seul ministre à envisager une reconversion. Il y a par exemple Marie-Arlette Carlotti, qui candidate à la mairie de Marseille, Frédéric Cuvillier qui s'apprête à le faire à Boulogne-sur-Mer.

Qui restera, qui partira ?

Il y a aussi ceux dont les réformes emblématiques auront été votées : c'est le cas de Cécile Duflot avec la loi logement, de la ministre de la Justice Christiane Taubira après l'examen de la loi pénale, ou encore de Benoit Hamon, chargé de l'Economie Sociale et Solidaire, qui pourrait bien partir pour viser, lui... la tête du PS. Un poste qu'Harlem Désir devra céder en cas de bérézina électorale.

Enfin, il y a le cas "Pierre Moscovici". Le patron de Bercy pourrait partir à Bruxelles, pour remplacer Michel Barnier au poste de commissaire européen courrant 2014.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.