manuel valls relance le débat sur la politique de regroupement familial
manuel valls relance le débat sur la politique de regroupement familial © reuters

Ce matin les collègues du ministre de l’Intérieur se sont efforcés d'éteindre un début de polémique né de propos qui lui sont prêtés sur la politique migratoire et le regroupement familial, tenus hier à l’Élisée, lors du séminaire sur 2025

Pour Stéphane Le Foll

Il n’y a pas de problème Valls au gouvernement

Pour Pierre Moscovici, "on fait un mauvais procès à Manuel Valls".

Ce matin les collègues du ministre de l’Intérieur se sont efforcés d'éteindre un début de polémique né de propos qui lui sont prêtés sur la politique migratoire et le regroupement familial, lors du séminaire sur 2025, hier à l’Elysée.

Selon Libération et Le Parisien, Manuel Valls aurait expliqué que l'un des défis à venir serait de faire la démonstration que «l’islam est compatible avec la démocratie». Sous-entendu__ : ce n’est pas le cas aujourd’hui.

Des propos qui auraient choqué les autres ministres présents.

Quand je lis que Manuel Valls aurait laissé planer un doute sur l’Islam compatible avec la République, il a dit exactement le contraire

Pierre Moscovici, a expliqué ce matin sur notre antenne que les propos de Manuel Valls avaient été mal compris. Selon le ministre de l’Economie a dit "Nous sommes en train de montrer que l'Islam est compatible avec l'Islam ". Il s'agissait donc de volonté et pas de doute, selon le ministre.

Pierre Moscovici

Interrogé par Libération, Manuel Valls a précisé s’être "appuyé " sur les déclarations de François Hollande à Tunis pour affirmer que la France "allait faire la démonstration que l’islam est compatible avec la démocratie ". Et que c’est faire preuve de «mauvaise foi que de comprendre autre chose "

Que s'est il dit exactement, au séminaire ?

Les explications de Cyril Graziani

Les réactions à droite

Jean-François Copé s'est réjoui que le problème qu'il a évoqué durant des années et pour lequel "il a été insulté" soit sur la table. Mais pour le Président de l'UMP "Manuel Valls en parle", mais "nous assistons à un spectacle désolant qui est celui de voir ces ministres se battre entre eux tout simplement parce que le président de la République n'assume pas une politique courageuse"

Manuel Valls évoque ces thèmes "parce qu'il sait que c'est populaire", selon Louis Aliot. Le vice-président du Front national considère que le ministre de l'Intérieur "peut prendre sa carte à l'UMP, parce qu'il est un clone désormais de Nicolas Sarkozy. Il passe pour un homme déterminé et à poigne alors que toute sa politique est faite de laxisme et d'absence de résultats"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.