À un mois des élections européennes, l’hebdomadaire Valeurs actuelles avait convié jeudi soir des personnalités politiques et littéraires pour dialoguer autour de l’Europe. Une soirée marquée à droite et bercée par les discours eurosceptiques d'Éric Zemmour, Philippe de Villiers ou Michel Houellebecq.

Eric Zemmour et Bruno Le Maire en plein débat, le 25 avril 2019 au Cirque d'hiver.
Eric Zemmour et Bruno Le Maire en plein débat, le 25 avril 2019 au Cirque d'hiver. © Radio France / X. D.

C’était comme une contre-programmation, quelques heures à peine après les annonces d’Emmanuel Macron pour la fin du grand débat national. Un “dialogue sur l’Europe”, organisé à un mois des élections européennes par l’hebdomadaire Valeurs actuelles en partenariat avec les “Éveilleurs d’espérance”, une association versaillaise qui invite régulièrement dans ses conférences tout le gratin de la droite et de l’extrême-droite.

L’affiche était en tout cas inédite et prometteuse : Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie et des Finances, Philippe de Villiers, François-Xavier Bellamy, philosophe et tête de liste Les Républicains aux européennes, Jacques Attali, l’atypique et polémique Michel Houellebecq, son ami écrivain Benoît Duteurtre et le sulfureux Éric Zemmour. Un casting de choix, réuni jeudi soir au Cirque d’Hiver à Paris. 

Un public acquis aux orateurs

Dans la salle du 11e arrondissement (dont les 1 800 places étaient quasiment toutes occupées), l’assistance est acquise aux orateurs. Des retraités, des actifs et pas mal de jeunes et d’étudiants : les sensibilités sont diverses mais tout le monde est - c’est certain - de droite... à en croire l’applaudimètre. 

Côté sécurité, ça ne rigole pas. Les vigiles, en nombre, contrôlent les billets, les invitations et ne lésinent pas sur la fouille des sacs. Prudence obligatoire : Zemmour ou Houellebecq sont régulièrement pris à parti lorsqu’ils s’expriment en public. En coulisses, certains intervenants commentent l’intervention du chef de l’État face aux journalistes quelques heures plus tôt : “C’était du baratin” tacle justement Éric Zemmour. Il est 21 heures lorsqu’avec une petite heure de retard, le premier débat démarre.  

Face à Bellamy, Attali “comme un lapin invité à un déjeuner de chasseurs”

Seul intervenant marqué plus à gauche que tous les autres, Jacques Attali se retrouve face à un François-Xavier Bellamy en campagne. “Il n’a échappé à personne que vos convictions sont opposées, mais c’est ce que nous avons voulu faire ce soir, confronter des idées divergentes” explique l’un des animateurs de la soirée. 

Attali a bien compris et se sent un peu seul.Je suis heureux d’être là même si je me sens un peu comme un lapin invité à un déjeuner de chasseurs” lance-t-il dans un élan de lucidité, déclenchant au passage l’hilarité générale.

François-Xavier, comme l’appelle l’animateur, donne sa définition de l’Europe. Ou plutôt de la place de la France dans l’Europe : “Nous ne voulons pas subir (...) Ce n’est pas devant les Européens que je fais campagne mais devant les Français : je ne crois pas aux listes transnationales, comme si on pouvait faire exister par la décision politique. Il n’y a pas de culture européenne”.

Mais que diable allez-vous faire au Parlement européen si vous ne croyez pas à la démocratie européenne”, répond Jacques Attali : “Seuls nous sommes perdus, nous ne perdons pas notre identité mais si nous continuons à dire que nous ne sommes que rassemblement de nations, ce sont les Chinois qui se frottent les mains”. 

Des militantes féministes dénoncent un plateau 100 % masculin

Il n’est pas encore 22 heures que le second dialogue s’installe entre Bruno Le Maire et Éric Zemmour. Aucun n’a le temps de prendre la parole, que des militantes féministes s’invitent sur la piste du Cirque d’hiver. Il s’agit du collectif “La barbe” qui dénonce là une composition exclusivement masculine du plateau d’invités. “Bien évidemment, nous n’avons rien contre la présence des femmes et encore moins dans le débat d’idées”, se justifie l’animateur en expliquant que Ségolène Royal a refusé l’invitation à cette soirée. 

Les militantes sont violemment mises dehors, l’une d’entre elle sortira du bâtiment le nez en sang, bousculée sans grande retenue par les services d’ordre (de la soirée, du Cirque d’Hiver ou de Bruno Le Maire, impossible de le savoir). 

L’Europe est une femme et il serait bon que la prochaine fois les femmes aient la place dans ce débat” sermonne le ministre de l’Économie, une fois la situation un peu plus apaisée. “Parlons de choses sérieuses” enchaîne, un brin condescendant, Éric Zemmour. 

Zemmour-Le Maire, entre habitués 

L’échange entre Bruno Le Maire et l’essayiste sera d’ailleurs plus vif que le précédent - on sent l’expérience médiatique des deux hommes. L’un, tout droit sorti de la conférence de presse présidentielle et avouant que l’Europe avait à un moment “nié l’existence de frontière et perdu le sens de sa construction”. 

L'autre lui reprochant son vote pour le “oui” au référendum de 2005 pour la constitution européenne, et dénonçant au passage un duo franco-allemand “où la France est le cheval et l’Allemagne le jockey” : “La construction européenne a organisé la concurrence, la rivalité et non pas la solidarité entre les états. L’Europe, ce n’est rien, c’est un no-man’s land commercial et le bras armé de la mondialisation.” Le Maire convaincu : “On peut être pour la nation, croire dans le destin français et en même temps croire en le destin européen. Vous mettez la France dans une impasse”. 

Le one man show de Philippe de Villiers 

Je vais vous parler de mon dernier livre” lance Philippe de Villiers pour débuter la troisième séquence de la soirée commence. Seul en scène le souverainiste fait clairement la promo de son dernier bouquin, J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu. Robert Schuman et Jean Monnet mis en cause : non, la naissance de l’Europe n’a pas eu lieu comme on nous l’a toujours raconté martèle-t-il. “Les pères fondateurs ne sont pas à proprement parler des résistants et cela, ça heurte beaucoup mes contradicteurs” lance l’ancien ministre qui détaille ses “découvertes”. 

De Villiers déroule ses arguments anti-européens à coup de répliques cinglantes et déroule les théories, jugées complotistes lors de la sortie de ce dernier ouvrage, sans la moindre contradiction. 

L’Europe que nous voulons ce n’est pas l’Union européenne. Elle est morte, comme un comme un canard sans tête qui court encore dans un corps de ferme et qui a le culot de se retourner.

Le gène des constructeurs qui mine l’Europe aujourd’hui était dans l’ADN des pères fondateurs” détaille Philippe de Villiers pour tenter d’expliquer l’Europe d’aujourd’hui. Il conclut : “Nous ne voulons pas l’Europe des Femens, de la flèche LGBT, inclusive, pas l’Europe de la déconstruction, nous voulons l’Europe de nos racines, de notre civilisation”. Une fois sorti de scène, poignée de main amicale entre le Vendéen et François-Xavier Bellamy

Houellebecq, lunaire, pour conclure la soirée

Pour conclure, c’est l’une des stars de la soirée qui débarque, grosse doudoune sur les épaules, sac à dos porté à la main. Michel Houellebecq est comme à son habitude, le pas légèrement incertain. Il raconte sa découverte des "identités nationales" en Inter-rail, regrette “la perte des identités”, l’américanisation, et voit l’Europe d’un regard pessimiste - “on est mal barrés” lâche-t-il dans un dialogue lunaire avec son ami écrivain Benoît Duteurtre ; dialogue “nord-coréen”, dit-il, comprenez dans lequel tout le monde est d’accord. Il s’amuse d’avoir, parfois, des idées “qui ne sont pas vraiment de droite”. 

À la sortie du Cirque d’hiver, Angèle résume à elle toute seule la soirée. La sexagénaire était dans le public et se dit “convaincue” même si… elle avait “déjà ces idées là”. Des “dialogues” qui étaient finalement loin du débat, plus souvent franco-centrés qu’européens. Et réconfortants pour ceux qui savent déjà à qui leur vote ira.

Européennes : pour aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.