Alors que l'association Robin des Bois a porté plainte contre X pour "mise en danger de la vie d'autrui", le chantier de restauration de Notre-Dame est toujours suspendu, pour "ajuster les procédures de décontamination". 400 tonnes de plomb sont partis en fumée et dans le quartier, certains commerçants s'inquiètent.

Notre-Dame de Paris, vue de la rue du Cloître, le 29 juillet 2019
Notre-Dame de Paris, vue de la rue du Cloître, le 29 juillet 2019 © Radio France / Rémi Brancato

"Si on est vraiment en danger, c'est trop tard". Place Saint-Michel, rive gauche, Carole Londais, propriétaire du restaurant "La Fontaine Saint Michel" est un peu en colère : elle a reçu la visite de l'inspection du travail "la semaine dernière", mi-juillet, pour proposer la visite d'une entreprise spécialisée, chargée d'effectuer des relevés des taux de plomb dans l'établissement et sur sa terrasse.

Ce lundi, l'association "Robin des Bois" a porté plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui, suite au dégagement de plomb dans l'atmosphère, lors de l'incendie de Notre-Dame de Paris, le 15 avril. Elle dénonce un risque d'intoxication pour les riverains.

Aucune contamination pour les commerçants rue du Cloître

L'agence régionale de santé (ARS), la préfecture de police (PP) de Paris et la mairie se veulent rassurants. L'ARS répète ce lundi à France Inter avoir mis en place une "procédure de prélèvements pour vérifier qu'il n'y a pas de risques", ainsi que des "recommandations auprès des riverains pour le nettoyage des habitations". Deux écoles et un groupe scolaire ont été fermés pour nettoyage par la ville de Paris la semaine dernière, en raison de taux de pollution au plomb importants relevés dans les cours. 

Mais un taux de plomb élevé a aussi été relevé sur la voie publique, dans un secteur s'étendant à l'ouest de la cathédrale. Pour les commerçants, l'inspection du travail a lancé des visites et propose des relevés de taux de plomb dans les établissements, réalisés par une entreprise spécialisée. Ce sont d'ailleurs les services de l'inspection du travail qui ont conduit à une suspension du chantier de la cathédrale : il faut "prendre quelques jours pour voir où on peut améliorer les procédures de sécurité et de décontamination entre les différentes zones du chantier" explique la préfecture d'Île-de-France, ce lundi. Après une réunion de chantier vendredi, une autre est prévue cette semaine et des décisions pourraient être prises d'ici la fin de la semaine, indique encore la préfecture de région.

Rue du cloître Notre-Dame, à proximité immédiate de la cathédrale, les visites ont eu lieu mi-juin. Au Jongleur, boutique de souvenirs, face au flanc nord du monument, les résultats sont même affichés derrière la caisse. "On a fait faire des analyses du magasin et on nous a demandé de faire des prélèvements aux salariés aussi" raconte Marie Galore, la directrice. 

Marie Galore, directrice d'une boutique de souvenir, rue du Cloître, près de Notre-Dame de Paris, le 29 juillet 2019
Marie Galore, directrice d'une boutique de souvenir, rue du Cloître, près de Notre-Dame de Paris, le 29 juillet 2019 © Radio France / Rémi Brancato

"On n'est pas très inquiets" ajoute-t-elle, car le résultat des analyses est bon : pas de contamination. Dans plusieurs commerces de la rue, les prises de sang des salariés ont donné les mêmes résultats. 

À Saint-Michel, les analyses ne font que débuter

Mais la carte de l'ARS, publiée mi-juillet, montre que le plomb s'est déposé sur la voie publique dans un périmètre beaucoup plus large. 20 000 mg/m² ont ainsi été relevé près de la fontaine Saint-Michel. 

"Quand Notre-Dame a brûlé, toute la fumée est venue ici, comme cela" montre Carole Londais, depuis la terrasse de son restaurant, "c'était une couleur bizarre, jaune". Alors si du plomb s'est déposé sur sa terrasse, Carole estime que les autorités ont tardé à réagir. Depuis la visite de l'inspection du travail, mi-juillet, elle attend les prélèvements. 

"On a reçu un courrier de l'inspection du travail qui nous indique que nous n'avons plus le droit de balayer, il faut mouiller" souligne-t-elle. "Quels moyens on a pour décontaminer, en extérieur ?" s'interroge-t-elle, craignant ensuite qu'on interdise à ses salariés de travailler.

Dans l'espace public, il n'existe pas de seuil pour le taux de plomb au delà duquel une alerte sanitaire est déclenchée, malgré les taux "très élevés" à certains endroits, précise l'ARS.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.