Le Président de la République Emmanuel Macron donne ce vendredi une interview sur le média en ligne Brut. Le chef de l'État sera face à un historien et à deux journalistes de la rédaction, dont Rémy Buisine, tête de pont de Brut.

Rémy Buisine filme tout à l'aide de son smartphone
Rémy Buisine filme tout à l'aide de son smartphone © AFP / Ludovic Marin

Emmanuel Macron a surpris lorsqu'il a fait savoir lundi qu'il donnerait une interview au média en ligne Brut (initialement prévue ce jeudi à 16h puis repoussée au lendemain suite à la mort de Valéry Giscard d'Estaing). La prise de parole du chef de l'État est ainsi "destinée à la jeunesse". Le président répondra pendant une heure et demie aux questions d'actualité de deux journalistes de la rédaction et d'un historien, avant d'échanger directement avec les internautes qui poseront des questions sur le live de Brut. 

Un journaliste victime de violences policières face à Emmanuel Macron 

Parmi ces deux reporters qui seront chargés d'interroger le chef de l'Etat, Rémy Buisine, 30 ans. Fort de 115 000 abonnés sur Twitter, il est LA figure de proue de Brut, pour qui il travaille depuis 2017. Cet autodidacte, qui n'a pas eu le bac, comme le rapporte Streetpress, a été victime de violences policières lors de sa couverture de l'évacuation d'un camp de migrants à Paris le 23 novembre. À ce sujet, l'IGPN, la police des polices, a ouvert une enquête. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Un journaliste de terrain et de direct 

Emmanuel Macron aura face à lui une victime des violences policières et un journaliste de terrain, dont le métier est le direct. Rémy Buisine est connu depuis 2016 pour sa couverture, entre autres, des manifestations. Pendant le mouvement "Nuit Debout" au printemps 2016, il rassemblait des dizaines de milliers de personnes sur ses lives, en filmant simplement avec son téléphone portable via l'application Périscope. C'est grâce à cela qu'il s'est fait remarquer par Brut. 

Depuis, sa méthode n'a que peu changé. Il filme en direct l'actualité (beaucoup de manifestations) avec un smartphone et pendant des heures. Ses images sont diffusées en direct par Brut sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook), et les internautes qui suivent le live ont la possibilité de commenter, de poser des questions. Rémy Buisine joue sur l'interactivité et tente, quand il le peut, de répondre à ces questions, ou de les poser à ses interlocuteurs sur le terrain. La plupart du temps, il laisse parler les images et n'intervient que lorsqu'il fait une interview ou qu'il doit contextualiser, surtout pour des personnes qui rejoindraient le live en cours de route. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La transparence et l'instantanéité séduisent les sceptiques 

Rémy Buisine s'est surtout fait connaître lors des manifestations hebdomadaires des gilets jaunes en 2018-2019. "Sur le terrain, ça se passe très bien. Les gens sont bienveillants avec moi, racontait-il à Libération en décembre 2018, alors que ces mêmes "gilets jaunes" pouvaient être très durs avec d'autres journalistes, les accusant de parti pris, ou de déformer leurs propos. 

Les "gilets jaunes" apprécient le direct que propose Rémy Buisine, qui ne filtre pas ni ne monte leurs propos, contrairement à des journalistes qui intègrent les propos d'une interview dans un reportage et qui sont donc contraints de les réduire. Sur Facebook, sur les groupes de "gilets jaunes", il est régulièrement cité comme une source "fiable", à l'inverse de médias plus "traditionnels", qu'ils soient publics ou privés, qui suscitent beaucoup plus de méfiance.