Après les remous de l'été et notamment l'éviction de Nicolas Bay, figure conservatrice du parti, de la Commission Nationale d'Investiture, la commission des conflits convoque ce mardi trois conseillers régionaux d’Auvergne-Rhône-Alpes, proches de Marion Maréchal. Ils risquent du blâme à l'exclusion..

Chasse aux sorcières, ou procédure habituelle ? La commission des conflits du RN convoque 3 conseillers régionaux proches de Marion Maréchal
Chasse aux sorcières, ou procédure habituelle ? La commission des conflits du RN convoque 3 conseillers régionaux proches de Marion Maréchal © Maxppp / IP3/Alexis Sciard

Nouveau ménage en vue au Rassemblement national. Ce mardi matin, trois proches de Marion Maréchal, accusés d’avoir violé la discipline interne, se retrouvent devant la commission des conflits. Chasse aux sorcières, ou procédure disciplinaire habituelle ? Pour l'entourage de Marion Maréchal, cela fait peu de doutes. "S'ils sont sanctionnés ce sera un scandale"."Une nouvelle tentative de purge" appuie une source interne. Ils risquent du blâme à l'exclusion..

"C'est bien la première fois que le parti sanctionne ce genre d'agissement"

Dans le viseur du parti, Sophie Robert, conseillère régionale et membre du bureau national, convoquée pour des questions financières. Mais surtout, Agnès Marion et Antoine Mellies, déjà débarqué de son poste de secrétaire départemental du Rhône pour avoir négocié avec le Parti Chrétien-Démocrate (désormais La Voie du Peuple) lors des municipales.

Cette fois, on lui reproche d'avoir investi dans le 6e arrondissement de Lyon un candidat désavoué par la commission d'investiture. La CNI avait découvert trois semaines avant le dépôt des listes que Jacky Copede, c’est son nom, avait candidaté en 2017 avec les comités Jeanne, créés par Jean-Marie Le Pen. 

Un élu grince, "c'est bien la première fois que le parti sanctionne ce genre d'agissement", prenant l’exemple de l’ex RN Sophie Montel, qui en Côte d’or avait, en 2015, fait tomber un candidat le jour du dépôt des listes, sans l’aval de la CNI.  Sophie Robert, Agnès Marion et Antoine Mellies risquent du blâme à l’exclusion.

Pas encore de sanctions mais déjà des menaces

Au-delà de cette commission des conflits, seront surtout surveillées les très prochaines investitures régionales. Si les proches de Marion Maréchal ne sont pas reconduits, "ça va être saignant" prédit un ami de la nièce de Marine Le Pen. Les cadres du parti eux dédramatisent, "la proximité avec Marion est une coïncidence". Un autre sourit : "Il faut parfois sévir, sinon ça donne La République En Marche". 

Au risque de voir éclore une opposition interne et d'être une nouvelle fois accusé de rétrécissement, quand Marine Le Pen, en vue de 2022, prêche le rassemblement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.