Inventé à la fin du XIXe siècle et parlé aujourd'hui par deux millions de personnes dans le monde, l'espéranto a trouvé sur le web un nouvel espace d'expression. Ses défenseurs misent également sur le Brexit pour relancer le débat sur la place de l'anglais au sein de l'UE.

La ville allemande de Herzberg am Harz est surnommée la ville de l'espéranto, en raison de l'engagement de son maire en faveur de cette langue internationale.
La ville allemande de Herzberg am Harz est surnommée la ville de l'espéranto, en raison de l'engagement de son maire en faveur de cette langue internationale. © Getty / picture alliance

Saluton, kiel vi fartas* ? À la lecture de ces quelques mots, vous avez peut-être froncé les sourcils. Non, ça n’est ni du grec, ni du bulgare, ni du serbe, mais de l’espéranto, cette langue construite sur la base des langues germaniques, latines et slaves dans le but de former un mode de communication universel, neutre et accessible à tous.

Créé en 1887 par Ludwig Lazare Zamenhof, médecin polonais de culture juive dont on célèbre ce dimanche 15 décembre le 160e anniversaire de la naissance, l’espéranto est parlé aujourd’hui par environ deux millions de personnes dans 120 pays. Particulièrement facile à apprendre (il suffit d’une dizaine de leçons pour pouvoir tenir une conversation basique, un an pour parler couramment), l’espéranto a trouvé un nouvel espace sur internet. 

Plateformes d'apprentissage, groupes Facebook et youtubeurs

"Les sites et applications mobiles facilitent encore plus son apprentissage", constate Vincent Jacques, président du mouvement Espéranto pour l’Europe, lui-même espérantiste depuis 15 ans. La plateforme Duo Lingo revendique ainsi quelque 700 000 apprenants actifs. 

Forums, groupes Facebook, vidéos Youtube, reprises de tubes... le web est devenu le terrain de jeu préféré des espérantistes. 

Vikipedio, le wikipedia en espéranto, compte par ailleurs 271 000 articles. À titre comparaison, la version lettone n’en compte que 99 000, et 170 000 pour la version grecque !  Depuis 2012, Google Trad prend en charge l’espéranto. Une application, Amikumu, permet par ailleurs de géolocaliser les espérantistes qui se trouvent près de vous. Quant à Pasporta Servo, elle permet aux voyageurs d'être hébergés gratuitement par d'autres espérantistes. 

Surfer sur le Brexit

Avec le mouvement Espéranto pour l'Europe qu'il a lancé l'été dernier, Vincent Jacques espère que le Brexit permettra de raviver le débat sur l'usage de l'anglais au sein de l'Union européenne. 

"Si le Royaume-Uni sort de l'UE, il n'y aura plus aucun sens à utiliser l'anglais comme langue dominante alors qu'il ne s'agira de la langue historique d'aucun État membre"

Il plaide ainsi pour que les citoyens puissent décider de la langue commune utilisée au sein de l'espace européen. Une question de démocratie, selon Vincent Jacques. "Aujourd'hui, la majorité des gens ne connaissent pas l'espéranto. Pourtant, c'est une langue bien plus accessible que l'anglais, bien plus abordable pour ceux qui n'ont pas les moyens de prendre des cours ou de payer des séjours linguistiques aux États-Unis."

* Bonjour comment allez-vous ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.