Le Parti communiste français fête ses 100 ans ce mardi 29 décembre. Chronologie en dix photos d'une histoire riche et mouvementée, de la création à la Résistance en passant par la conquête des congés payés, la Sécurité sociale ou le féminisme.

Le premier secrétaire du Parti Communiste Français Georges Marchais au 22e congrès du parti en février 1976 à Paris.
Le premier secrétaire du Parti Communiste Français Georges Marchais au 22e congrès du parti en février 1976 à Paris. © Getty / Daniel SIMON/Gamma-Rapho

Le Congrès de Tours de la Section française de l'Internationale ouvrière se tient du 25 au 29  décembre 1920 et signe la naissance du Parti communiste français. Un nouveau parti est créé : la Section française de l'Internationale communiste (SFIC) qui deviendra par la suite le Parti communiste français. 

Le directeur du journal l'Humanité, Marcel Cachin pendant son discours au congrès de Tours, décembre 1920.
Le directeur du journal l'Humanité, Marcel Cachin pendant son discours au congrès de Tours, décembre 1920. © AFP / AFP

Aux élections législatives de 1924, le parti obtient 9,8 % des suffrages et 26 députés. 

Candidats communistes aux élections législatives de 1928. Dans le sens horaire : Jacques Duclos, Marcel Cachin, Henri Barbé, Maurice Thorez, Robert Alloyer et Jacques Doriot. / Aucun(e)
Candidats communistes aux élections législatives de 1928. Dans le sens horaire : Jacques Duclos, Marcel Cachin, Henri Barbé, Maurice Thorez, Robert Alloyer et Jacques Doriot. / Aucun(e) / Inconnu

En 1930, Maurice Thorez prend la tête du PC-SFIC sur demande de Moscou.

Maurice Thorez devient "patron" du parti, il le sera de 1930 à 1964.
Maurice Thorez devient "patron" du parti, il le sera de 1930 à 1964. © AFP / AFP

En 1936, les communistes, socialistes et radicaux obtiennent la majorité à la Chambre. Léon Blum devient président du Conseil. Les communistes n’entrent pas au gouvernement. Un mouvement social d’ampleur permet l’adoption de mesures sociales telles que les congés payés ou la semaine de quarante heures. 

J. Duclos, M. Cachin, P. Rivet, B. Frachon et M. Thorez, lors de la manifestation organisée le 14 juillet 1936 à Paris par les partisans du Front Populaire.
J. Duclos, M. Cachin, P. Rivet, B. Frachon et M. Thorez, lors de la manifestation organisée le 14 juillet 1936 à Paris par les partisans du Front Populaire. © AFP / AFP

En 1939, à la suite du pacte de non-agression signé entre l’Allemagne et l’URSS, le PCF est mis hors la loi. En 1940, les nazis envahissent puis occupent la France. Le Parti communiste est une force motrice de la Résistance pour la libération du pays.

Résistants communistes français lors de la Libération de Paris en août 1944.
Résistants communistes français lors de la Libération de Paris en août 1944. © Getty / Getty

En 1944, les communistes entrent pour la première fois au gouvernement. Lors des élections législatives de 1946, le PCF s’affirme comme premier parti de France, en remportant 28,6 % des suffrages. Le ministre Ambroise Croizat est chargé de créer la Sécurité sociale.

Le ministre du Travail Ambroise Croizat le 22 février 1947 au Congrès pour l'Organisation de la Sécurité Sociale au Parc des Expositions de la Porte de Versailles.
Le ministre du Travail Ambroise Croizat le 22 février 1947 au Congrès pour l'Organisation de la Sécurité Sociale au Parc des Expositions de la Porte de Versailles. © AFP / AFP

La période entre 1964 et 1972, après la mort de Maurice Thorez, apparaît comme une phase de transition. En 1965, le PCF soutient François Mitterrand, candidat de l’union de la gauche, à l’élection présidentielle.

Conférence de presse en septembre 1965 de Waldeck Rochet, secrétaire général du PCF pour faire connaître la position du parti qui a décidé de soutenir la candidature de François Mitterrand.
Conférence de presse en septembre 1965 de Waldeck Rochet, secrétaire général du PCF pour faire connaître la position du parti qui a décidé de soutenir la candidature de François Mitterrand. © AFP / AFP

En 1968, la répression par l'URSS du Printemps de Prague voit le PCF se démarquer de la politique soviétique mais sans condamnation formelle. 

Georges Marchais et Leonid Brejnev, secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, et donc principal dirigeant de l'URSS, à Moscou en 1969.
Georges Marchais et Leonid Brejnev, secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, et donc principal dirigeant de l'URSS, à Moscou en 1969. © Getty / Keystone-France/Gamma-Keystone

Fin 1972, Georges Marchais prend la tête du Parti et entreprend la poursuite de sa transformation, déjà amorcée par son prédécesseur Waldeck Rochet.

Georges Marchais lors de l'émission sur la campagne référendaire de l'élargissement de la CEE en 1974.
Georges Marchais lors de l'émission sur la campagne référendaire de l'élargissement de la CEE en 1974. © AFP / AFP

En 1981, Georges Marchais obtient 15,3 % à la présidentielle. François Mitterrand est élu. En 1993, le marteau et la faucille sont supprimés sur le logo. En 1994, Robert Hue devient secrétaire et lance la mutation. En 2001, c'est Marie-George Buffet qui prend la tête du Parti.

Robert Hue et Marie-George Buffet lors de l'ouverture du comité national de PCF en 1999.
Robert Hue et Marie-George Buffet lors de l'ouverture du comité national de PCF en 1999. © AFP / AFP

En 2008, le PCF engage la construction d’un Front de gauche avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon. 

Marie-Georges Buffet et Jean-Luc Mélenchon au 34e Congrès national du PCF en décembre 2008.
Marie-Georges Buffet et Jean-Luc Mélenchon au 34e Congrès national du PCF en décembre 2008. © Maxppp / Maxppp

Le PCF tiendra les 10 et 11 avril 2021 une conférence nationale au cours de laquelle seront présentés le projet des communistes pour les élections présidentielle et législatives et le nom de leur éventuel candidat pour 2022.