La fin des cotisations sur les plus hauts revenus, prévue dans la réforme des retraites, ne sera pas sans effets pour le régime qui devrait perdre 3,7 milliards d'euros par an, selon une note de l'Agirc-Arrco que France Inter s'est procurée.

La fin des cotisations sur les plus hauts revenus devrait coûter cher au régime complémentaire Agirc-Arrco
La fin des cotisations sur les plus hauts revenus devrait coûter cher au régime complémentaire Agirc-Arrco © AFP / Kenzo TRIBOUILLARD

3,7 milliards d'euros par an, pendant 15 ans, voilà ce que devrait coûter la fin des cotisations sur les plus hauts revenus, selon une note du régime complémentaire Agirc-Arrco à laquelle France Inter a eu accès.

Ces plus hauts revenus ce sont ceux qui gagnent plus de 120 000 euros bruts annuels, donc au-delà de trois plafonds de la sécurité sociale. Selon le document ce sont près de 240 000 personnes affiliées à l'Agirc-Arrco. 

La collecte des cotisations de ces plus riches a dépassé 3,6 milliards d'euros en 2018, estime la note. Et si le système n'avait pas changé, l'enveloppe n'aurait cessé d'augmenter pour atteindre 5 milliards en 2040 et près de 8 milliards d'euros en 2070... 

À la place, il va falloir gérer la perte et une grosse facture, parce que pendant plusieurs années le régime va devoir verser les droits acquis par tous ceux qui ont cotisé dans l'ancien système jusqu'à 8 plafonds de la sécurité sociale, et il va falloir le faire avec une enveloppe beaucoup plus petite, puisque dans le futur système les salaires au-delà de 10 000 euros par mois ne seront soumis qu'à une cotisation de 2,81%.

Le gouvernement laisse entendre que cela se fera progressivement. Cela jouera sans doute sur l'impact réel, mais l'Agirc-Arrco estime que la perte sera d'en moyenne 3,7 milliards par an, entre 2025 et 2040.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.