INFO FRANCE INTER - Une équipe de l'Inserm lance ce lundi un nouveau numéro téléphonique à destination des personnes présentant des symptômes évoquant ceux du Covid-19. Au bout du fil, des assistants virtuels qui vont aiguiller les patients tout en localisant les appels afin de surveiller la propagation du virus.

Le numéro Allocovid est accessible 24h sur 24h pour les personnes présentant des symptômes évoquant ceux du coronavirus
Le numéro Allocovid est accessible 24h sur 24h pour les personnes présentant des symptômes évoquant ceux du coronavirus © AFP / Patrick Pleul

C'est une initiative inédite dans le monde : une équipe de l'Inserm lance ce lundi une permanence téléphonique afin de réceptionner les appels de personnes présentant des symptômes du coronavirus. Particularité : pas d'humain derrière le combiné mais des robots, qui, grâce à l'intelligence artificielle, peuvent aiguiller les malades et repérer d'éventuels foyers de résurgence de l'épidémie. Une alternative potentielle à l'application de traçage contestée Stop Covid.

Assistants virtuels

Si vous appelez le numéro Allocovid au 0 806 800 540, vous aurez donc au bout du fil un assistant virtuel. Un millier de robots sont déjà prêts à assurer autant d'appels simultanés de particuliers, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Le coup de fil Allocovid dure trois minutes. 

"C’est très simple", explique le professeur Xavier Jouven, chef du pôle cardiovasculaire à l’hôpital européen Georges-Pompidou et directeur d’équipe à l’Inserm. "Les citoyens appellent dès qu’ils ont le moindre symptôme, ils répondent à un questionnaire et l’assistant intelligent (un robot) leur donne des conseils". Grâce à cet appel, les patients peuvent ainsi savoir s’ils doivent appeler le 15, consulter leur généraliste ou au contraire s’ils sont hors de danger. 

Une première mondiale au service de la santé publique

Au cours de cet appel, le malade doit aussi préciser son code postal. Et c’est là où ce système d’intelligence artificielle prend tout son intérêt. "Cela permet de localiser les appels", souligne Xavier Jouven. 

"Le numéro de la personne est détruit, c’est complètement anonyme, mais cela permet d’enregistrer où il y a des personnes symptomatiques en France."

L’Inserm centralise en effet tous ces appels dans un laboratoire. Les données sont conservées "dans des conditions parfaites" selon le professeur. Cela permettra de réagir plus vite en cas d’apparition de nouveaux cas de contamination dans telle ou telle commune. Pour le professeur Jouven, "c’est la première fois qu’un tel système d’intelligence artificielle est déployé en santé publique". 

"Une arme très efficace" pour éviter une deuxième vague

"Cela permettra d’identifier des foyers de résurgence et de mieux régler les problèmes au niveau des communes", poursuit le cardiologue. Le but étant d’agir vite pour éviter d’avoir à nouveau à confiner tous les habitants. "Plus on identifie tôt le début d’une contamination, plus vite on endigue le virus". Si besoin, l'équipe de l’Inserm est prête à doubler le nombre de robots en 24 heures, voire à le tripler en 48 heures. 

Le but est de répondre à davantage d’appels pour aider plus de malades potentiels et obtenir une photo plus fine de la propagation du virus. Pour le professeur Jouven, cet appel est également un "geste citoyen" qui permettra de protéger les autres. "Les citoyens deviennent ainsi des acteurs majeurs de la levée du confinement, tout en s’informant face au Covid-19", estime-t-il.

Le 0 806 800 540 est un service gratuit. Il sera doublé d’une application WhatsApp. L’Inserm, Voyageurs SNCF et Allo-Media sont à l’origine du projet, avec le soutien de Santé Publique France.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.