les dépenses de la sécu en médicaments en baisse en 2013
les dépenses de la sécu en médicaments en baisse en 2013 © reuters

L'Organisation mondiale de la santé prévient : des infections considérées aujourd'hui comme mineures risquent à nouveau de tuer si rien n'est fait très vite pour lutter contre la résistance aux antibiotiques.

Le rapport, qui se base sur les données provenant de 114 pays, note que la résistance existe pour de nombreux agents infectieux, mais il met l'accent sur la résistance aux antibiotiques de sept bactéries responsables de maladies graves courantes telles que la septicémie, les diarrhées, les pneumonies, les infections des voies urinaires et sexuellement transmissibles.

Selon l'OMS, les résultats "très préoccupants" témoignent de la résistance aux antibiotiques, en particulier à ceux "de dernier recours" utilisés contre certaines bactéries résistantes.

Le Dr Keiji Fukuda, sous-directeur général de l'OMS pour la sécurité sanitaire prévient :

A moins que les nombreux acteurs concernés agissent d'urgence, de manière coordonnée, le monde s'achemine vers une ère post-antibiotiques, où des infections courantes et des blessures mineures qui ont été soignées depuis des décennies pourraient à nouveau tuer

L'OMS rappelle que chacun peut contribuer à lutter contre la résistance en utilisant les antibiotiques uniquement lorsqu'ils sont prescrits par un médecin, en terminant le traitement conformément à l'ordonnance même si l'on se sent mieux et en ne partageant jamais des antibiotiques avec d'autres personnes.

Les explications de Danielle Messager

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.