La direction générale de la Santé a recensé le moustique-tigre dans 42 départements, le double d'il y a deux ans. Si l'insecte, très surveillé entre mai et novembre à cause des maladies qu'il véhicule, colonise une large partie de la moitié sud de la France, il remonte assez rapidement vers le nord.

Le moustique-tigre est reconnaissable à ses rayures blanches et noires sur le corps et les pattes.
Le moustique-tigre est reconnaissable à ses rayures blanches et noires sur le corps et les pattes. © AFP / Roger Eritja / Biosphoto

Le moustique-tigre est arrivé en 2004 dans les Alpes-Maritimes, dans une cargaison de pneus d'occasion. Cet insecte, qui peut transmettre le chikunguya, la dengue ou le zika, des virus très sensibles, prend l'autoroute, figurez-vous, pour voyager. Les spécialistes ont en effet constaté qu'il s'introduit dans les véhicules et colonise ensuite les aires de stationnement où camions et voitures s'arrêtent quelques instants, gagnant ainsi peu à peu du terrain.

© Visactu

Si l'insecte fait de nouveau parler de lui, c'est parce depuis quelques semaines, les conditions sont réunies pour que l'éclosion de ces moustiques commence. 

"L'éclosion a démarré juste après la vague de chaleur qu'on l'a eue la semaine dernière", confirme Stéphane Robert, président de Vigilance moustique : "Suite à toutes ces semaines de pluie et à un hiver très doux, on a a priori le bon cocktail pour avoir une saison des moustiques qui démarre bien."

Difficile de s'en débarrasser

Aedes Albopictus, de son petit nom latin, est plus petit qu'un moustique commun, il se reconnait à ses rayures noires et blanches sur le corps et les pattes. 

Si la vigilance de tous est recommandée, c'est parce qu'il est très difficile de se débarrasser du moustique-tigre, une fois qu'il s'est implanté dans un endroit.

"Le gouvernement et les organismes publics ne peuvent pas aller voir dans votre jardin, sur votre terrasse ou dans votre gouttière si le moustique-tigre s'est installé, rappelle Stéphane Robert : "C'est à vous, à chaque citoyen de faire cette vérification, n'importe où, sous une soucoupe, dans un pneu, un vieux jouet abandonné au bout du jardin... Il suffit qu'il y ait une petite cavité dans laquelle un peu d'eau pluie stagne et ça suffit pour qu'un moustique aille y pondre ses œufs."

Les particuliers sont d'ailleurs invités à aider à la localisation des insectes en envoyant une photo sur vigilance-moustiques.com, ce qui permet à la veille sanitaire de progresser.

Pas d'inquiétude déraisonnable à avoir en revanche sur la dangerosité de ces petites bêtes : pour véhiculer les virus de la dengue, du chikungunya ou le zika, ce moustique-tigre doit évidemment aspirer le sang d'une personne contaminée, ce qui est rare en métropole.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.