Philippe Charlier, invité de l'émission "La Tête au Carré" consacrée aux autopsies des morts célèbres, souligne un phénomène, devenu un problème de société : les corps qui ne se décomposent plus.

Les corps enterrés ne se décomposent plus
Les corps enterrés ne se décomposent plus © Getty / Johner Images

C'est devenu un problème de société, tout comme un problème médico-légal. Philippe Charlier, médecin légiste, archéo-anthropologue et "paléopathologiste", revient sur ce phénomène visible dans les cantons suisses, en Allemagne du sud et dans l'est de la France, (notamment à Lille, comme l'explique La Voix du Nord).

À l'ouverture des sépultures, lors du dépôt d'un nouveau corps, ou de la réduction de tombes, on "tombe" sur le corps du précédent locataire de l'emplacement, encore reconnaissable, car pas décomposé et pas putréfié.

Mais pour quelles raisons ?

Philippe Charlier précise justement qu'il n'y a pas eu de soins de conservation, ni de thanatopraxie. Alors comment expliquer ce phénomène ?

  • La présence de conservateurs dans notre alimentation quotidienne
  • un usage parfois immodéré d'antibiotiques

"Tout cela va bloquer les étages de la décomposition". Et de cette manière, entraver le travail des bactéries qui sont chargées de décomposer notre corps.

Le site Internet FplusD pointe, quant à lui, la possibilité de cercueils de trop grande qualité, ou la pollution du sol. 

Quels problèmes face à ce phénomène ? 

Ce n'est pas encore un phénomène généralisé

Le médecin légiste nous rassure, mais nous met également en garde car cela pose déjà des problèmes : la réduction de tombes est impossible car les corps sont reconnaissables, momifiés mais entiers. 

Ce qui est très bien pour la médecine légale, lors des exhumations où l'on peut faire des diagnostics, et c'est génial pour l'archéologie du futur.

Mais si l'on reste pragmatique, "cela pose un gros problème de place".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.