Ce dimanche, en séance plénière (sorte de point d’orgue du congrès mondial du cancer à Chicago car c'est la séance de présentation des études cliniques la plus prestigieuse), a été présentée une étude sur le cancer du pancréas. Un cancer pour lequel, depuis toujours, les bonnes nouvelles sont rares

Pour le cancer du pancréas, depuis toujours, les bonnes nouvelles sont rares
Pour le cancer du pancréas, depuis toujours, les bonnes nouvelles sont rares © AFP / Sciencepro / SKU / Science Photo Library

Cette étude montre que ce cancer peut présenter, dans certains cas (4 à 7% des cas), une altération génétique sur laquelle un traitement déjà utilisé pour le sein et les ovaires peut agir. Le bénéfice de ce traitement est réel mais concerne malgré tout assez peu de malades.

Le cancer du pancréas ce sont 12 à 14 000 nouveaux cas chaque année en France et presque autant décès pour ce cancer qu’on dit depuis toujours de "très mauvais pronostic". Il est souvent détecté tard, à un stade avancé, avec des métastases. Dans ce cas, la survie moyenne ne dépasse pas les 12 mois. 

Des progrès, mais encore très timides

Le traitement classique, c’est de la chirurgie, de la radiothérapie, de la chimiothérapie. Les protocoles ont beaucoup progressé ces dernières années, on fait donc un peu mieux aujourd’hui, mais finalement pas tant que ça, regrette le professeur Philippe Ruzniewski. Il est spécialiste du pancréas à l’hôpital Beaujon à Paris "Il y a quelques années, il était courant de dire qu'un patient qui avait des métastases au foie d'un cancer du pancréas, avait une espérance de vie de 3 à 5 mois. Aujourd'hui on est quand même au minimum de l'ordre de 9 à 12 mois. Ce n'est pas énorme, mais on sait qu'en cancérologie les choses se passent toujours comme ça."

On avance donc par tout petits pas. En combinant des chimiothérapies notamment, on gagne quelques semaines ou quelques mois. 

La recherche peine à trouver des avancées pour le cancer du pancréas

L’immunothérapie en revanche ne marche pas dans ce cancer et de fait, à chaque congrès, les échecs thérapeutiques restent plus fréquents que les succès. "Les tiroirs des essais cliniques sur le cancer du pancréas sont assez souvent remplis d'échecs" reconnait le docteur Ruzniewski.

Autre caractéristique du cancer du pancréas : il y a de plus en plus de cas d’année en année, sans doute parce que le diagnostic s’est amélioré. Mais des facteurs environnementaux et génétiques ne sont pas à exclure

Les femmes sont touchées autant que les hommes. L'âge moyen du diagnostic est d’environ 65 ans. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.