Ils ont souvent l'air innocent et pourtant ils vous pompent toute votre énergie… Attention aux vampires psychiques ! Le psychiatre Stéphane Clerget explique comment repérer ces personnalités toxiques... et comment s'en protéger.

Les aidants, les grands empathiques, les gens qui ont du coeur, les gens qui ont l'impression d'avoir été trop gâtés par la vie sont les victimes idéales des vampires psychiques
Les aidants, les grands empathiques, les gens qui ont du coeur, les gens qui ont l'impression d'avoir été trop gâtés par la vie sont les victimes idéales des vampires psychiques © Getty / Johner Images

Le psychiatre Stéphane Clerget a inventé le terme de "vampire psychique", il explique au micro de Mathieu Vidard comment repérer et se prémunir de ces personnalités toxiques. 

Qu'est-ce qu'un "vampire psychique" ?

Ce sont ces personnes, dans notre entourage proche, qui pompent toute notre force et s'en nourrissent sans rien donner en échange. Un parasite, en somme... 

"La relation humaine est une économie" résume Stéphane Clerget, "il y a des gens qui donnent et d'autres qui prennent. Cette relation peut être déséquilibrée". Mais on ne s'en rend pas forcément compte : le vampirisme est - en apparence - indolore. On attribue souvent dans un premier temps le mal être à d'autres choses. Parfois, c'est sous notre nez... et un jour, on réalise qu'il y a une personne au contact de laquelle on se sent particulièrement vidée. 

Comment les repérer et se préserver ?

Pour les repérer, la première étape est d'avoir conscience que les vampires psychiques existent et qu’ils peuvent prendre des formes diverses. Le psychiatre précise avec malice : 

Jeter la lumière sur eux, c'est sans doute le meilleur moyen de s'en départir, sinon de les faire disparaître... 

On a tellement en tête la présence des pervers narcissiques qui nous veulent du mal, qu’on ne se rend pas compte que des gens en apparence très gentils nous pompent l’air. Là où le pervers narcissique jouit de notre souffrance, le vampire narcissique a juste besoin de s'alimenter- donc certes, il nous dévitalise mais il a besoin de nous pour vivre… "Il ne va surtout pas nous détruire sinon il n'aura plus de garde manger !"

Le  plus souvent, le corps nous signale que nous sommes vampirisés avant qu'on ne s'en rende compte :

  • Réaction dermatologique : eczéma, urticaire...
  • Des douleurs : maux de dos, maux de tête...
  • Grosse fatigue, nervosité

Pourquoi met-on si longtemps à s'en rendre compte ? Sans doute parce qu'on ne se sent pas toujours si mal... Le vampirisé se sent utile. "La personne vampirisée a le sentiment de nourrir l'autre, et cela parle à la mère ou au père en nous" suggère le psychiatre.

C’est bien de penser aux autres mais il est essentiel de penser à soi. "Les vampires psychiques sont des puits sans fond" remarque le psychiatre. On les nourrit, mais ils refusent d’ "apprendre à pêcher" par lui-même. Il faut être généreux mais avec des limites.

Comment amener ces vampires à se rendre compte de leur comportement ? 

"Il faut taper du poing sur la table, rééquilibrer les choses..." explique Stéphane Clerget. Il faut "lui apprendre à se ressourcer par la culture, par le sport, par tous les moyens qui font qu'on est bien sans forcément être avec quelqu'un".

Aller plus loin

Chaque jour de la semaine, du lundi au vendredi à 14h, retrouvez Mathieu Vidard dans La Tête au carré, l'émission scientifique de France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.