Les patients des hôpitaux et cliniques sont régulièrement questionnés. Sont-ils satisfaits des soins des services ? Le bilan de l'enquête 2017 est publié ce mardi. 120.000 personnes ont été interrogées pour cette vaste enquête menée par la Haute autorité de santé et le taux de satisfaction s’élève à 73%.

Il faut améliorer la qualité du dialogue entre médecins et patients.
Il faut améliorer la qualité du dialogue entre médecins et patients. © AFP / Jessica Bordeau

Les bémols concernent la sortie de l'hôpital et un peu la communication avec les médecins et le plateau repas. La qualité de la prise en charge reste un point fort à l'hôpital avec plus de 80% de satisfaits.

On est content de son médecin, de son chirurgien, mais aussi des équipes paramédicales pour leur attention et leur sensibilité à la douleur notamment. En revanche, et c'est là qu'on trouve les mauvaises notes, les patients déplorent souvent un manque de dialogue avec le médecin.

Associer le patient à la décision de soins

Il ne fournirait pas assez d'explications sur le traitement ou les soins. 30% d'entre eux se plaignent aussi de ne pas avoir été associé aux décisions les concernant. Pour Christian Saout qui représente les patients à la Haute autorité de santé, les médecins ont encore un peu travail pour se mettre à la portée de leur malade :

« Associer le patient à la décision de soins, c’est essentiel. C’est la garantie du succès de soins. On ne le fait pas assez. Il faut vraiment qu’on change nos façons de faire nos façons de voir, la connaissance en santé elle augmente du côté patients donc il faut que les médecins apprennent à discuter de cela aussi avec les patients. » 

Les repas servis à l'hôpital

L’autre gros défaut signalé par les patients, c'est l'organisation de la sortie de l'hôpital. Manque d'information sur la suite du traitement, manque de communication avec la médecine de ville qui prendra le relais... Le patient se retrouve bien souvent livré à lui-même comme l’explique Laetitia Mai Michelangeli, de la Haute autorité de santé : 

« Il y a une obligation normalement le patient quand il sort de l’établissement de santé doit avoir une lettre qu’on appelle lettre de liaison à la sortie avec toute les informations minimales pour assurer la continuité des soins. Cette lettre n’est pas réalisée de façon complète dans tous les établissements de santé et elle n’est pas remise au patient le jour de sa sortie et elle n’est pas remise au médecin traitant dans un délai raisonnable ».

Dernier point noir, ce sont les repas servis à l'hôpital. Moins d'un patient sur deux, les trouve acceptables et un patient sur quatre les juge carrément mauvais. Les établissements hospitaliers peuvent mieux faire, donc, mais avec un budget repas par jour et par patient de 3 euros 70, il faut bien se dire qu'on ne pourra pas non plus faire des miracles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.