Bronchiolite, séance de massage chez un Kiné
Bronchiolite, séance de massage chez un Kiné © MaxPPP / Christian Lantenois

Selon la revue médicale Prescrire , la kinésithérapie respiratoire n'est pas efficace pour combattre la bronchiolite, une infection respiratoire qui touche chaque hiver près de 30% des enfants de moins de deux ans et qui est très largement prescrite en France et dans plusieurs pays européens francophones.

La revue se base sur neuf études, réalisées sur 891 nourrissons hospitalisés pour des bronchiolites. Ces études ne relèvent aucune différence entre les enfants traités par "kiné" et ceux traités "sans kiné" : l’évolution de la maladie parait la même, ainsi que la durée moyenne de la maladie -13 jours- et la durée moyenne d'hospitalisation.

Si la "kiné" n’apporte aucun avantage, selon Prescrire, elle n’est pas exempte d’inconvénients, notamment des vomissements, douleurs, mais aussi fractures de côtes -une fracture pour 1.000 nourrissons traités, selon une étude conduite dans des hôpitaux parisiens-.

Pour la revue Prescrire , le rapport bénéfices-risques est donc défavorable, y compris avec la technique habituellement utilisée en France qui privilégie les techniques expiratoires passives et lentes, associées à la toux provoquée.

Nous, à Prescrire, on ne prend pas parti. On constate les choses et on informe les abonnés

__

Le docteur Bruno Toussaint, rédacteur en chef de la revue Prescrire. Il est joint par Valérie Cantié

Après une séance un enfant se sent mieux et peut se réhydrater ce qui est très important pour un nourrisson

Cyrille Pernot est le délégué général de la fédération française de kinésithérapie. Joint par Valérie Cantié il explique le but de la kiné, désencombrer les bronches et pas soigner la bronchiolite

La bronchiolite est une infection des petites bronches dues à des virus très fréquents et très contagieux, le plus souvent d'évolution spontanément favorable.

Elle débute généralement par un simple rhume et une toux qui peut s'accompagner de sifflements. Elle peut être responsable de complications graves chez les enfants les plus fragiles, notamment les enfants de moins de trois mois ou les bébés prématurés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.