A l'ASCO 2016, le congrès mondial du cancer de Chicago, une équipe de Gustave Roussy a présenté les résultats spectaculaires dus à la combinaison de plusieurs thérapies ciblées

Cancer du poumon : combiner plusieurs thérapies pour optimiser la survie
Cancer du poumon : combiner plusieurs thérapies pour optimiser la survie © Maxppp / Laurent Caro

Au congrès mondial du cancer de Chicago, une équipe de Gustave Roussy a présenté les résultats spectaculaires dus à la combinaison de plusieurs thérapies ciblées sur un certain type de cancer du poumon.

45.000 nouveaux cas chaque année en France. Le cancer du poumon est parmi les cancers les plus fréquents et c’est le plus meurtrier : 30.000 décès par an et donc une survie très faible à cinq ans On le dit de très mauvais pronostic.

Dans certains cas, ce cancer est dû à des mutations génétiques identifiées qu’on peut essayer de traiter avec ce qu’on appelle des thérapies ciblées : elles visent à bloquer les effets de ces mutations. Sauf qu’une thérapie ciblée ne suffit pas.

De plus en plus, et ça fait l’objet de beaucoup d’études communiquées cette année au congrès mondial du cancer de Chicago, les médecins combinent plusieurs thérapies pour vaincre la tumeur. Car le problème avec les thérapies ciblées, c’est qu’au fil du temps, la tumeur se met à résister au traitement. La molécule qu’on utilisait pour soigner le patient visait un certain type de mutation génétique. Pour contourner l’obstacle, les cellules cancéreuses vont générer de nouvelles mutations.

D’où l’idée de cette équipe de Gustave Roussy de combiner d’emblée deux thérapies à la fois, ciblant deux types de mutation. L’étude a porté sur 57 patients et les résultats sont clairs : deux thérapies valent mieux qu’une . Les patients répondent deux fois plus au traitement combiné, avec parfois des résultats spectaculaires.

David Planchard est pneumo-oncologue à Gustave Roussy

La diminution de la tumeur est quasiment complète avec une excellente tolérance

Le traitement est simple il consiste à prendre deux comprimés par jour . Comme il fait ses preuves, il pourrait être administré à plus grande échelle et concerner jusqu’à 1500 malades en France

► POUR EN SAVOIR PLUS | Une prise de sang plutôt qu’une biopsie pour identifier un cancer

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.