Des vaccins Pfizer/BioNTech commencent à être mis en flacon dans l'Eure-et-Loir ce mercredi 7 avril. Quatre autres vaccins suivront en France. Jusqu'à 250 millions de doses pourront être produites sur le territoire.

Le laboratoire français Delpharm à Saint-Rémy-sur-Avre va produire le vaccin contre le Covid de Pfizer/BioNTech.
Le laboratoire français Delpharm à Saint-Rémy-sur-Avre va produire le vaccin contre le Covid de Pfizer/BioNTech. © Maxppp / Quentin Reix

Un vaccin anti-Covid produit en France. Cette fois, c'est une réalité ! Une usine du sous-traitant français Delpharm a commencé à mettre en flacon le vaccin de l'alliance américano-allemande Pfizer/BioNTech, ce mercredi 7 avril à Saint-Rémy-sur-Arve (Eure-et-Loir).

D'ici quelques jours, à la mi-avril, son concurrent Recipharm, d'origine suédoise, s'occupera du vaccin Moderna dans son usine de Monts (Indre-et-Loire).

Pour afficher ce contenu Google Maps, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.
Gérer mes choix

Fin mai, l'entreprise Fareva s'occupera à son tour du vaccin de l'Allemand CureVac, pas encore approuvé par l'agence européenne du médicament. La production aura lieu dans deux usines, à Idron, près de Pau (Pyrénées-Atlantiques) et à Val-de-Reuil (Eure).

Enfin, à partir de cet été, Sanofi prêtera main forte à son concurrent américain Johnson & Johnson en embouteillant son vaccin Janssen, à Marcy-l'Étoile, près de Lyon. Le géant français n'a pas non plus abandonné son propre projet de vaccin, espéré pour le second semestre si les essais cliniques sont concluants.

250 millions de doses… pas réservées aux Français

Sans compter le vaccin qui pourrait être mis au point par Sanofi, le ministère de l'Économie et des Finances table sur "au moins 250 millions de doses" qui sortiront de ces cinq sites français d'ici à la fin de l'année 2021. Toutes les doses ne bénéficieront pas uniquement aux Français puisque c'est l’Union européenne qui se charge de répartir les commandes.

Bercy ne manque par ailleurs pas de rappeler que Delpharm faisait partie des entreprises soutenues ces derniers mois par l'État, via l'appel à manifestation d'intérêt annoncé à la mi-juin 2020. L'objectif de cette production de vaccins en France est évidemment également politique.