Une nouvelle exposition organisée par le Palais de la Découverte, à Paris, revient sur la figure de Louis Pasteur. En six actes, façon théâtre, on découvre l'ingéniosité de cet éminent expérimentateur, ses découvertes, sa méthode, en même temps qu’une part méconnue de la vie du savant.

Portrait de Louis Pasteur par A. Edelfelt
Portrait de Louis Pasteur par A. Edelfelt © AFP / J-M EMPORTES / ONLY FRANCE

Louis Pasteur est aujourd’hui considéré comme un bulldozer de la science, celui qui fut capable dès le XIXe siècle, d’expérimenter sur plusieurs fronts successifs. Mondialement connu pour avoir développé le vaccin contre la rage, le savant était tout autant entrepreneur que chercheur, et grand défenseur des sciences appliquées. Mais même avec plusieurs rues, une station de métro et même une fondation à son nom, une large part de sa biographie reste dans l’ombre. L’exposition qui s’ouvre au Palais de la Découverte nous fait découvrir quelques facettes méconnues de cette légende du monde scientifique.

Louis Pasteur avait un bon coup de crayon et a même enseigné aux Beaux-Arts

Dans l'exposition, des reproductions de tableaux montrent que Pasteur maîtrisait parfaitement la technique du pastel, puisque entre 13 et 20 ans, il réalise pas moins de 40 portraits. Il abandonne la discipline au profit de la recherche mais reste très lié avec plusieurs artistes de son époque, et devient même professeur de géologie, de physique et de chimie aux Beaux-Arts dès 1863, deux ans avant de découvrir le procédé dit "de pasteurisation". De nombreux artistes de l'époque lui ont aussi tiré le portrait, sous forme de sculpture, peinture (Edelfelt) ou de photographie (Nadar).

Il n'a pas découvert comment pasteuriser le lait, mais le vin

En 1865, ce n'est pas pour le lait qu'a été inventé la pasteurisation : c'est pour le vin ou la bière, dans un souci de conservation et pour empêcher la dégradation du produit. En étudiant le procédé de fermentation sur différents supports, il arrive à distinguer les mauvais ferments des bons (par exemple ceux capable de fabriquer le vinaigre), et identifie les levures et bactéries parasites qui "rendaient le vin malade".

Il a perdu trois enfants et devint hémiplégique à 46 ans

Louis Pasteur aura quatre filles et un fils de son union avec Marie Laurent, fille du recteur de la faculté des Sciences de Strasbourg. En 1850, il perd une première enfant, Jeanne, 9 ans.

Entre 1865 et 1867, malgré des travaux qui avancent à grande vitesse, Louis Pasteur perd son père mais aussi deux autres de ses filles : Camille, âgée de deux ans, en 1866, et Cécile, 9 ans, en 1867. Reste un fils, Jean-Baptiste et une dernière fille, Marie-Louise.

En 1868, à 46 ans, il est foudroyé par une attaque d'hémiplégie gauche, qui lui paralyse toute une partie du corps. Il en garde, jusqu'à la fin de sa vie (vingt ans plus tard), une démarche douloureuse et un avant-bras continuellement plié.

Louis Pasteur était un "start-uper" du XIXe siècle

Ce scientifique, qui dépose des brevets, est un patron de start-up avant l'heure, très conscient que, pour se rendre utile à son pays et à son industrie, il doit diffuser et communiquer le plus largement sur son travail, afin d'attirer les fonds nécessaires à ses recherches.  Il concourt pour de nombreux prix, dépose ses brevets à tour de bras (fabrication de l'acide acétique, fermentation alcoolique, fabrication des vins ou de la bière), et dépose même sa marque, celle de la "Société du vaccin charbonneux" en mai 1894. Pour fonder l'institut Pasteur en 1888, il aura lancé, pendant deux ans, une souscription nationale et internationale, du crowdfunding avant l'heure.

Louis Pasteur n’était pas très reconnaissant  envers  ses prédécesseurs 

Le savant avait l'habitude de se reposer sur les travaux déjà en cours d'autres scientifiques, se mettant ainsi au défi d'y apporter une réflexion supplémentaire, voire de faire aboutir ces travaux avec des brevets au bout... Sans pour autant créditer les chercheurs qui avaient amorcé le travail. C'est notamment le cas avec Edward Jenner, considéré comme le père de la vaccination, dont Pasteur reprendra largement les travaux pour les mener plus loin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.