On sait que le microbiote intestinal est l'un des piliers fondamental de notre santé ; Mathieu Vidard a invité dans "La Tête au carré" deux spécialistes pour évoquer un autre microbiote clé : celui du vagin... Le cunnilingus est-il dangereux ? L'utilisation du tampon hygiénique ? La pilule ? L'épilation du maillot ?

Le microbiote vaginal : une clé méconnue de la santé des femmes...
Le microbiote vaginal : une clé méconnue de la santé des femmes... © Getty / Jupiterimages

Les bactéries que l'on trouve dans l'intestin et dans le vagin sont, bien sûr, complètement différentes. Elles ont cependant en commun d'agir sur le système immunitaire. Et donc d'être un sujet essentiel.

Les bactéries qui peuplent nos intestins, on en a beaucoup entendu parler ces dernières années. Mais celles qui sont du vagin, beaucoup moins. Le vagin étant lié au plaisir sexuel, le sujet est tabou

Pourtant, les femmes sont chaque année victimes d'un milliard d'infections vaginales ou urinaires dans le monde, dont l'immense majorité est liée à un déséquilibre de ce qu'on appelait autrefois la flore vaginale. Il était donc grand temps de se pencher un peu plus sérieusement sur le sujet : c'est chose faite avec Le microbiote vaginal, la révolution rose qui paraît cette semaine.

Une révolution, vraiment ? Interrogés au micro de Mathieu Vidard, les deux chercheurs répondent à diverses questions pour maintenir la bonne santé du vagin.

Attention lorsque vous prenez des antibiotiques

Rica Etienne explique : "Auparavant, on prescrivait des antibiotiques qui étaient tellement efficaces que c'est comme si on tirait à la kalachnikov sur les germes ; ils étaient tellement forts qu'il y avait de grandes chances qu'on reprogramme la crise suivante. Je ne dis pas qu'il ne faille pas utiliser de temps en temps un antimycosique ou un antibiotique... Mais pas aussi systématiquement et, en tous cas, pas sans les accompagner des protections naturelles que sont les probiotiques, qui vont venir aider la flore à faire son boulot".

Attention, la prise de probiotiques doit être faite pendant toute la durée de prise des antibiotiques, et continuée la semaine suivante pour rétablir la flore. Et le docteur Rohbot précise : "il faut bien comprendre qu'il y a des probiotiques pour l'intestin qu'on prend par voie orale et des probiotiques vaginaux qu'on doit mettre dans le vagin"

Le déodorant intime : la fausse bonne idée

Se pulvériser avec un déodorant intime attaque directement la flore vaginale : "il ne faut pas le faire" insiste Rica Etienne, catégorique. 

Jean-Marc Bohbot ajoute :

Notre société déteste les odeurs corporelles... Il va falloir les réhabiliter parce que cela fait partie de notre environnement et de notre fonctionnement !

L'idéal, selon le médecin, concernant l'hygiène intime : une toilette par jour avec un produit doux, surtout pas d’antiseptique et pas de toilette interne : le vagin est autonettoyant

Est-il vraiment pertinent de mettre du yaourt dans le vagin ?

Les bactéries les plus courantes dans le vagin sont les lactobacilles - mais attention, ce ne sont pas les mêmes que ceux qu'on trouve dans l'intestin - encore une fois les deux microbiotes sont complètement différents. 

Il est donc parfaitement inutile de céder à cette mode venue de Californie qui consiste à se mettre du yaourt dans le vagin, ce qui n'aura d'ailleurs aucun effet.

Jean-Marc Bohbot : "Pendant la grossesse, le microbiote de la femme est beaucoup plus stable puisqu'il n'y a pas de règle".
Jean-Marc Bohbot : "Pendant la grossesse, le microbiote de la femme est beaucoup plus stable puisqu'il n'y a pas de règle". / Sharon Mccutcheon / EyeEm

Faut-il couvrir de bactéries les bébés nés par césarienne ?

Le passage du bébé dans le vagin est ce qui lui donne ses premières armes de défense immunitaire. Des études montrent que la différence entre l'immunité des bébés nés par césarienne et ceux nés par voie basse est assez spectaculaire : il y a des différences fondamentales qui peuvent aller au fil des années jusqu'à l'apparition de maladies comme le diabète, l'obésité, des troubles respiratoires ou digestifs... 

D'où cette tradition que l'on voit apparaître dans les pays anglo-saxons et en France de recouvrir les enfants nés par césarienne du vaginal seedings : une petite compresse est trempée dans le vagin des femmes et badigeonnée ensuite sur la bouche du nouveau-né pour essayer de lui redonner un ersatz de défense vaginale.

L'épilation met-elle en péril la santé des femmes ?

En un mot : oui. Selon le gynécologue Jean-Marc Bohbot, "le plus dangereux, c'est l'épilation définitive au laser où on va détruire le folicule pileux et on va détruire en même temps la petite glande sébacée qui est chargée de lubrifier la peau"

En savoir plus sur les dangers de l'épilation

Le cunnilingus est-il dangereux ?

Selon Jean-Marc Bohbot, le cunnilingus est l'une des pratiques les moins risquées - à condition bien sûr que les lèvres des partenaires soient indemnes de toute lésion. "Tant qu'il n'y a pas de lésion visible : aucun risque".

Le tampon hygiénique et le risque du choc toxique

L'année dernière, un documentaire choc diffusé sur France 5 expliquait que dans certaines cas, les tampons hygiéniques peuvent entraîner vomissements, fièvres, épuisement, perte de cheveux... et même, comme dans le cas de la jeune mannequin américaine Lauren Wasser, l'amputation d'une jambe après un choc toxique. 

Le gynécologue Jean-Marc Bohbot est plus nuancé : le tampon ne présente pas de problème particulier ; c'est l'utilisation qui en est faite qui peut poser problème. Il faut bien penser à changer de tampon toutes les 4 à 5 heures et ne jamais le garder plus de 6 heures.

A noter aussi qu'il est important de ne pas utiliser de serviette ou de tampon en dehors des règles (en prévention de celles-ci, par exemple) parce que ça absorbe l’humidité ambiante et que ça déséquilibre la flore. 

La pilule nuit-elle au microbiote vaginal ?

Cela dépend de la pilule, note le gynécologue : 

  • les pilules très faiblement dosées en œstrogènes ne donnent pas suffisamment d’œstrogène dans le vagin.
  • les pilules à base de progestérone peuvent, elles aussi, déséquilibrer la flore vaginale.

"Le microbiote de chaque femme est particulier et doit être discuté à chaque fois" insiste-t-il.

Le tabac, un des poisons méconnu de la flore vaginale

Le tabac n'a pas simplement des effets délétères sur l'arbre respiratoire et cardiovasculaire, c'est très mauvais pour le vagin. C'est un facteur de déséquilibre majeur de la flore vaginale.

Aller plus loin

LIRE le livre sur le microbiote vaginal écrit par Jean-Marc Bohbot et Rica Etienne est disponible chez les éditions Marabout

Pour plus d'émissions scientifiques, écoutez Mathieu Vidard du lundi au vendredi de 14h à 15h dans La Tête au carré.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.