Un astéroïde de la taille d'une grosse maison va passer jeudi près de la Terre, sans représenter de danger pour ses habitants. Mais ce ne sera peut-être pas toujours le cas...

Dans Armaggedon, une équipe de mineurs faisait exploser un astéroïde menaçant
Dans Armaggedon, une équipe de mineurs faisait exploser un astéroïde menaçant © Maxppp / Frank Masi

Et les spécialistes n'ont pas l'intention d'attendre cette situation les bras croisés. "Cette fois-ci, ce n'est pas un cas préoccupant mais nous allons en profiter pour nous entraîner", explique Detlef Koschny, co-directeur du segment "Objets géocroiseurs" de l'Agence spatiale européenne (ESA) à l'AFP. "Comme cela, le jour où arrivera un objet vraiment dangereux, nous aurons répété plusieurs fois avant."

Des astéroïdes qui frôlent la Terre, il y a en a fréquemment. Mais celui-ci (de son petit nom "2012 TC4") va donc être particulièrement observé lors de son passage, à 44.000 kilomètres de notre planète. Différents observatoires un peu partout dans le monde auront leurs télescopes rivés sur l'objet. Puis, ils enverront leurs informations aux centres gérant des situations d'urgence, pour voir "si les données que nous leur adressons sont bien comprises, si elles sont claires ou bien s'il faut améliorer des choses".

Mieux informer pour éviter des drames

L'idée n'est pas d'empêcher l'impact, mais d'en limiter le plus possible les conséquences. En février 2013 par exemple, un astéroïde de taille similaire s'était désintégré au-dessus d'une ville russe. Mal informés, les habitants s'étaient précipités aux fenêtres, qui avaient explosé avec l'onde de choc, faisant plus de 1.300 blessés. Il aurait pourtant suffi que la communication soit plus efficace entre les observatoires et les pouvoirs publics pour éviter cela.

De son côté, "2012 TC4" restera à distance respectable, y compris lors de son prochain passage en 2050. Mais il pourrait bien toucher la Terre en 2079. D'ici là, il faudra avoir perfectionné ces systèmes d'alerte. Ou conçu des vitres beaucoup plus solides.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.