Michel Ory "chasse" les astéroïdes depuis des années. Il les nomme également. "Tournesol", "Titeuf", "Coluche", "Fantomas"… au gré de son imagination. Il a raconté à Mathieu Vidard dans la "Tête au Carré" comment une demande un peu particulière était arrivée jusqu'à lui.

Astéroïde dans l'atmosphère
Astéroïde dans l'atmosphère © Getty

Professeur de physique en Suisse et astronome amateur, Michel Ory est ce que l'on appelle un chasseur d'astéroïde.  Il a ainsi répertorié des centaines d'objets célestes, son fait de gloire restant la découverte de la comète périodique 304P/Ory, comète de la famille de Jupiter découverte le 27 août 2008.

Physicien de formation, Michel Ory reconnait s'être toujours intéressé aux moyens de locomotion : les voitures, les trains, les avions, les fusées. Puis en faisant des études d'astrophysique, il s'est rendu compte que le meilleur moyen de voyager, c'est le télescope

Le ciel n'appartient à personne.

"Les amateurs ont un rôle très important auprès des scientifiques", explique-t-il. "Les objets célestes demandent beaucoup d'observation, sur une période longue et pas forcément avec de gros télescopes. La cohorte d'amateurs représentent un potentiel intéressant pour les scientifiques. Ils sont nombreux, ils sont réactifs et peuvent prendre le temps pour faire des observations".

La NASA sollicite et encourage l'observation par des amateurs pour plusieurs raisons, notamment identifier les objets célestes susceptibles de croiser l'orbite de la Terre et plus particulièrement les plus gros qui pourraient représenter potentiellement un danger pour notre planète.

Qui nomme les astéroïdes ?

C'est le "découvreur" qui propose un nom au Comité de Nomenclature des Petits Corps du Système scolaire de l'Union Astronomique Internationale, qui accepte ou pas. Michel Ory a ainsi nommé un très grand nombre d'astéroïdes. Quelques exemples : Pommard, Vougeot, Vosne-Romanée, Corton, Echezeaux… L'homme a de l'humour et aime le vin, particulièrement les vins de Bourgogne, semble-t-il.

Le ciel n'est pas à vendre, mais l'observation implique des frais, voilà pourquoi certains astronomes amateurs peuvent vous proposer de baptiser un astéroïde à votre nom contre une petite aide pécuniaire.

C'est ainsi qu'un jour, Michel Ory a reçu une demande étonnante.

Un cheikh féru d'astronomie

Dans la famille Ben Laden, je demande le demi-frère. A l'époque, Bakr Ben Laden est responsable des infrastructures de l'Arabie Saoudite. Passionné d'astronomie, il a fait construire un observatoire dans sa propriété au bord de la mer Rouge et installer un télescope près de la Mecque. L'un de ses souhaits : redonner à l'Arabie Saoudite son aura d'antan en matière de science et d'astronomie. Il projette ainsi la construction d'un observatoire national.

Comment Bakr Ben Laden entend-t-il parler de Michel Ory ?

La construction de l'observatoire privé du cheikh a été confié à une entreprise allemande. L'un des dirigeants de cette entreprise est devenu un proche de Bakr Ben Laden. Cet industriel est contacté par des astrophysiciens belges qui veulent installer plusieurs télescopes au Maroc et qui cherchent des fonds pour financer leur projet. L'Allemand va présenter les Belges au Saoudien. Et c'est via les astrophysiciens Belges que Bakr Bin Ladin a appris que Michel Ory nommait des astéroïdes. Et par leur intermédiaire que la demande du Cheikh est arrivé sur son bureau. 

Pourquoi la demande de Bakr Ben Laden a-t-elle été rejetée ?

Parce que le Comité de Nomenclature a édicté quelques règles :

  • La première dit que les individus principalement connus pour leurs "activités politiques ou militaires" ne sont pas acceptés jusqu’à ce qu’un siècle se soit écoulé après leur mort.
  • Une autre dit que l'on ne peut pas donner de "noms commerciaux", or les Ben Laden possèdent la plus grande entreprise de BTP d'Arabie Saoudite et elle porte leur nom.

Bakr Ben Laden était d’emblée disqualifié par ces deux règles, mais, ajoute Michel Ory, "une autre dit que les propositions doivent être, je cite, "non offensantes". Le comité, qui rassemble onze astronomes comptait à l'époque cinq américains, qui n'auraient sans doute jamais accepté le nom de Ben Laden."

S'il vous prenait l'envie de soumettre un nom sachez encore que :

  • Il ne doit pas dépasser 16 caractères
  • Il ne doit pas être composé
  • Il doit être facile à prononcer dans plusieurs langues
  • Il faut éviter les noms d'animaux de compagnie

Aujourd'hui Michel Ory poursuit ses observations dans l'Atlas marocain, lieu privilégié, à 2800 mètres. Il poursuit ses observations avec une autre astronome amateur, la française Claudine Rinner. Ils font, à eux deux, plus d'observations que l'ensemble des astronomes en Europe.

Aller + loin

(RÉ)ÉCOUTER |  Le Club de La Tête au Carré

LIRE | Chasseur d'astéroïdes de Michel Ory (Edition Le Pommier)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.