Rassemblements limités, mises en quatorzaine, malgré toutes les mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus, beaucoup se demandent comment savoir s'ils sont porteurs du Covid-19. La stratégie actuelle n'est pourtant pas de tester tout le monde.

Test de dépistage du Covid-19
Test de dépistage du Covid-19 © Maxppp / PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Comment sait-on si l'on a simplement un rhume, une grippe, ou bien si l'on est atteint du Covid-19 ? Nombreux sont ceux qui se posent la question, pour eux-mêmes ou pour leurs proches. Désormais, les malades sont invités à rester chez eux et isolés. Mais ils n'ont pas toujours la certitude que c'est bien le Covid-19 qui provoquent leurs symptômes de toux ou de fièvre. Or, les autorités de santé qui préconisaient, jusqu'à présent de ne tester que les malades hospitalisés après avis de plusieurs professionnels, autorisent depuis dimanche les test en laboratoire de ville.

En quoi consiste le test ? 

Le test du Covid-19 a été mis au point par l'Institut Pasteur. Il se fait par prélèvement au niveau du nez ou de la gorge. On extrait ce prélèvement de muqueuses avec une minuscule brosse ou petit écouvillon. On obtient un résultat en moins de cinq heures. 

Même si l'on pourra bientôt faire les tests en laboratoires de ville, les analyses, elles, se feront dans des labos spécialisées. "Les analyses resteront concentrées sur quelques-uns qui disposent des capacités techniques pour le faire" a indiqué le ministre de la Santé. 

La manipulation des échantillons prélevés doit avoir lieu dans un laboratoire avec un certain niveau de sécurité, dit LSB2. Jusqu'à présent, seuls les laboratoires des hôpitaux et le Centre National de référence des virus des infections respiratoires (CNR) de l’Institut Pasteur, pouvaient faire ces manipulations, avec des règles de confinement particulier. 

Le test coûtera 54 euros, pris en charge à 70%, et de 135 euros en milieu hospitalier. 

Qui est testé ? 

Comme il n'y a pas de traitement spécifique, le seul intérêt de procéder à des tests est de suivre l'évolution de la maladie. Donc seront testés les patients présentant des symptômes aigus, les patients hospitalisés pour d'autres pathologies et ayant les symptômes du coronavirus en plus. 

La règle voulait jusqu'à présent qu'en France on ne teste que les malades déjà hospitalisés pour d’autres raisons et les soignants en contact avec des malades infectés par la Covid-19. Donc, on ne pouvait pas se présenter à l’hôpital et demander un test. 

Désormais, les laboratoires de ville vont pouvoir faire le test, sur prescription médicale. Pour l'instant ils estiment qu'ils ne sont pas encore en mesure de le faire, en raison des risques de contamination dans leurs locaux, auprès d'autres patients, et donc de la nécessité de créer des zones d'isolement. Les professionnels réclament d'ores et déjà des masques FFP2 pour protéger leurs personnels. 

Mardi soir, lors de son point de presse quotidien, Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé a annoncé l'organisation prochaine "de filières de prise en charge des prélèvements de ville", pour que les malades n'aient pas à stationner dans une salle d'attente, mais que ce soient les laboratoires qui se déplacent à leur domicile avec "une équipe de prélèvement, qui peut être une infirmière, parfaitement protégée"

Quoi qu'il en soit, tout le monde ne pourra pas être testé. L'idée, c'est de tester des patients suspectés de souffrir du Covid-19, ou bien de vérifier que ceux qui ont été soignés, en sont bel et bien débarrassés. 

Une procédure particulière au sommet de l'État

Pour toutes les personnes qui doivent assurer la continuité de l'État, ministres, haut fonctionnaires, directeurs de cabinet, il existe un dispositif de santé de crise. Il existe un numéro, autre que le 15, qui enclenche une procédure accélérée pour se faire dépister à l’hôpital militaire Bégin à Saint-Mandé. 

Donc, il est procédé à des tests pour le personnel politique même quand il n'est pas hospitalisé. Les tests sont pratiqués sur les ministres et leur entourage en cas de symptômes. Raison pour laquelle le ministre de la Culture, Franck Riester, l'a été, Nicole Belloubet, fiévreuse, a fait également l'objet d'un test ce mardi. Mais pas Edouard Philippe (qui a été en contact avec Franck Riester), ni Emmanuel Macron, puisqu'ils n'ont pas ressenti de symptômes. 

Toutefois, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, va effectuer un test de dépistage au coronavirus mardi ou mercredi après avoir été en contact la semaine dernière avec une personne contaminée. S'il était positif au test, cela engendrera un test pour le président de la République.

Rappelons, qu'en cas d'impossibilité pour le Président d'occuper sa fonction, c'est le président du Sénat qui assure la continuité de l'État.

Les députés eux, appellent le 15, comme tout le monde, et s'ils sont positifs, doivent se signaler à la présidence de l'Assemblée nationale. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.