La France est coupée en deux, beaucoup plus touchée à l'est qu'à l'ouest du pays et notamment dans les Ardennes, la Meurthe-et-Moselle et les Alpes-Maritimes. Les raisons ne sont toujours pas connues mais les spécialistes avancent des hypothèses.

La France du Covid est presque coupée en deux.
La France du Covid est presque coupée en deux. © capture d'écran Geodes

Face à l'épidémie de coronavirus, reconfiner ou non, là est la question. Le gouvernement tient un conseil de défense ce mardi, avec au cœur des discussions la progression galopante de la Covid en Bourgogne Franche-Comté, dans le Grand Est et dans les Alpes Maritimes. À tel point que le maire de Nice, Christian Estrosi, a convoqué un conseil local de santé publique.

Il n'y a toujours pas de certitudes, mais mises bout à bout les hypothèses peuvent peut-être expliquer ces décalages entre régions à l'est et à l'ouest du pays. 

Une météo hivernale plus humide qu'ailleurs   

Ce n'est pas à cause du nouveau variant du virus que l'épidémie est plus active sur certaines zones géographiques. Il circule trop peu actuellement en France pour être l'une des raisons de ces contaminations en plus grand nombre. 

Selon l'épidémiologiste Pascal Crépey : "Il se pourrait que l'hiver continental soit plus propice à la propagation du virus que l'hiver océanique. Et donc, cela expliquerait des différences d'incidence entre la façade ouest et est du pays." 

À noter que ce n'est pas qu'une question de température, mais aussi d'humidité. En effet, il existe un intervalle d'humidité qui favoriserait les contaminations. Les conditions les plus propices étant un taux humidité supérieur à 70% et des températures entre 3 et 10 degrés. Une filiale de Météo France travaille actuellement à préciser ces données.

Une situation géographique plus exposée au virus

Autre hypothèse : la situation géographique. 

"Ces territoires sont donc des territoires frontières avec le reste de l'Europe. Pour lesquels il peut y avoir plus d'échanges, plus de passage, ce sont des territoires qui sont traversés, rappelle Pascal Crepey. Alors que des territoires comme la Bretagne, qui est une sorte de grande presqu'île, ne sont pas traversés lorsque l'on va d'un endroit du pays ou du continent à un autre."

Des gestes barrières "oubliés"  

Il existe une troisième hypothèse qui serait un moindre respect des gestes barrières. Dans la région Grand Est par exemple, la population ayant été plus touchée lors de la première vague se sentant peut être, faussement, davantage immunisée, ou dans le sud de la France qui avait été moins touchée lors de la première phase de l'épidémie.