Le vaccin AstraZeneca pourra désormais être administré aux personnes âgées de 65 à 75 ans présentant des comorbidités, a annoncé lundi soir le ministre de la Santé, Olivier Véran.

La Haute autorité de santé a revu ses préconisations quant à l'utilisation du vaccin AstraZeneca
La Haute autorité de santé a revu ses préconisations quant à l'utilisation du vaccin AstraZeneca © Sipa / Fred SCHEIBER

L'utilisation du vaccin AstraZeneca est donc étendue aux 65-75 ans "avec comorbidités", a annoncé lundi soir Olivier Véran au 20 heures de France 2. "La Haute Autorité de Santé considère désormais que tous les vaccins dont nous disposons en France ont une efficacité remarquable pour préserver les gens des formes graves du Covid" a déclaré le ministre de la Santé. 

Face aux nombreuses critiques sur sa moindre efficacité, le responsable de la stratégie vaccinale Alain Fischer répétait depuis des semaines que l'AstraZeneca n'était pas un vaccin de seconde zone. 

La HAS a revu son avis initial

C'est parce que les données manquaient sur les populations les plus âgées qu'il y a un mois la Haute Autorité de Santé avait préféré suivre l'Allemagne et ne pas proposer d'injection d'Astra Zeneca au plus de 65 ans, mais la HAS précisait se réserver la possibilité de changer d'avis si de nouvelles données sur cette population étaient publiées. 

Les résultats certes préliminaires mais très impressionnants d'une étude écossaise, révélés en début de semaine dernière, semblent avoir convaincu la HAS. Elle montre que le vaccin du laboratoire suédo-britannique serait aussi efficace que celui de Pfizer BioNTtech pour réduire les formes graves de la Covid, et ce même sur les personnes de plus de 80 ans. 

Plus de Français pourront être vaccinés plus vite

Le vaccin d'Astra Zeneca sera donc maintenant proposé aux 2 millions et demi de français de 65 à 74 ans avec comorbidité. Une population qui se sentait oublié du plan de vaccination. 

Suivant les recommandations de la HAS, Olivier Véran a également annoncé qu'une seule injection du vaccin Moderna ou BioNTech suffira pour les personnes ayant déjà eu la Covid. Une économie de doses qui devrait elle aussi permettre d'accélérer la campagne de vaccination selon le ministre de la Santé, qui table sur 6 millions de Français qui pourront être vaccinés au mois de mars.