Pourquoi les oiseaux chantent-ils ? Sait-on ce qu’ils se disent ? Que raconte le rire de la hyène ? A quel âge les caïmans commencent-ils à parler ? Quand les phoques ont-ils la voix qui se stabilise ?... Les passionnantes réponses de Nicolas Mathevon, bioacousticien et spécialiste du langage animal.

Que se racontent les animaux par leurs chants, leurs cris ou leurs grognements ?
Que se racontent les animaux par leurs chants, leurs cris ou leurs grognements ? © Getty / Andrew_Howe

Nicolas Mathevon étudie les vocalisations du monde animal pour tenter d'en comprendre la signification. À l’occasion de la publication de son livre "Les animaux parlent, sachons les écouter", il était l’invité à l'antenne dans "Le Temps d’un bivouac" de Daniel Fiévet. Il a décrypté pendant l'émission quelques types de discours animaliers, à retrouver réunis ici.

Une compétition pour séduire les femelles

Nicolas Mathevon : "Le piauhau hurleur, un oiseau très répandu dans tout le bassin amazonien, a la particularité d'être très difficile à voir. Chez lui, l'acoustique est très importante. Les mâles se rassemblent dans des lieux proches, sur des arbres à quelques dizaines de mètres les uns des autres. Sans se voir, ils chantent pendant des heures et des heures. Leurs chants sont parmi les plus forts du règne animal. On ne sait pas encore très précisément s’il s’agit d’une compétition ou d’une coopération mais il est raisonnable de penser qu'il s'agisse de joutes sonores". 

Dire qui on est, et le répéter à l’infini pour marquer son territoire

Nicolas Mathevon : "Beaucoup plus petite que le piauhau, la paruline à sourcils blancs est une sorte de fauvette. Son comportement est lié à la protection de son territoire. Les mâles défendent des portions de forêts par leur chant - un peu comme les oiseaux de chez nous. 

On cherchait à savoir comment la paruline faisait pour communiquer à longue distance, et quelles informations elle transmettait. À force d’expériences, on a montré que le chant donnait des informations codées sur l'identité de l'espèce. Quand cet oiseau chante, il dit : "Je suis la paruline à sourcils blancs, je suis une paruline à sourcils blancs..." 

Une redondance du message que l’on retrouve chez les mouettes rieuses, ou chez les manchot royaux, en particulier quand les petits veulent se signaler à leurs parents.

Mais il dit aussi aux étrangers à son territoire (dont les chercheurs) : "Tu es chez moi". 

On a prouvé que dans ces mêmes vocalisations, il y avait le codage de l'identité individuelle. À côté du nom de son espèce, cela dit : "Je suis Pierre", "Je suis Paul", "Je suis Jacques". 

On le sait grâce à de toutes petites irrégularités, très stables, du chant. Donc chaque paruline a sa signature vocale propre par laquelle elle se signale". 

Dire qu’il est temps de sortir de son œuf 

Nicolas Mathevon : "Chez certaines espèces, le langage démarre avant la naissance. Les crocodiles ne sont pas très éloignés des oiseaux, du point de vue évolutif. Ils ont un certain nombre de points communs : ils pondent des œufs et s'occupent de leurs petits. 

Juste avant l’éclosion des œufs, quand les embryons sont matures, prêts à sortir de l'œuf souvent enfoui dans le sable, ils se signalent à leur mère. 

Son attention va être attirée, se mettre à creuser le sable, dégager les œufs, les prendre dans sa gueule, et aider ses petits à sortir. Les cris des bébés crocodiles vont aider à synchroniser les éclosions. Les cris des premiers vont alerter les autres et tous les frères et sœurs vont sortir en même temps.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Demander l’aide de sa maman

Nicolas Mathevon : "Au Venezuela, on a étudié le caïman à lunettes, un petit crocodile qui mesure deux à trois mètres maximum à l'âge adulte. On a enregistré des cris de détresse des petits que l’on a diffusés par haut-parleurs. 

Les femelles rappliquent vers les sons tout de suite. Cela fonctionne à tous les coups, en particulier à la saison des éclosions. Les femelles sont alors très réactives et sont attirées par les bruits des jeunes. On retrouve des caractéristiques acoustiques communes à de très nombreuses espèces animales." 

Signaler que l’on ne va pas se battre

Nicolas Mathevon : "Les éléphants de mer sont d’énormes phoques. Ils se rassemblent sur les plages du Pacifique, de la Californie et du Mexique au moment de la saison de reproduction, entre début décembre et mi-février. 

Les mâles établissent des hiérarchies : les dominants sont appelés les alphas, les dominés les betas.

Cette organisation de la société s'établit par des combats avant d’être stabilisée pour toute la saison de reproduction, et même parfois d'une année sur l'autre. Par leurs grognements, les mâles décident de qui est le plus fort, ou qui est au contraire un subordonné. Celui qui a la voix la plus grave fait le plus peur et on le respecte. Les individus qui se sont battus une fois connaissent le résultat, et ne se battent plus. 

On a montré que leur voix se stabilise vers l'âge de six ou sept ans, au moment où ces animaux commencent à avoir des interactions. Ils reconnaissent très bien la voix de dizaines d'individus. 

Donc quand l'éléphant mer arrive sur sa plage, il passe sa vie à analyser le système social qui l'entoure : qui est qui ? Avec qui je me suis battu ? Et il a probablement une connaissance très fine de tout ce réseau social". 

Signaler sa frustration et tenter de dominer

Nicolas Mathevon : "On parle du rire de la hyène tachetée, un grand carnivore africain. Mais elle ne rigole pas du tout ! Son rire est un cri de frustration.

En liberté, les hyènes ont des systèmes de préséance qui instaurent qui aura accès à une proie en premier. Celles qui passeront à table ensuite vont émettre un genre de vocalisation de frustration. L’ennui ? Avec ces bruits puissants, elles risquent d'attirer les lions qui peuvent leur voler la viande. 

Donc, il y a certainement derrière ces cris sonores tout un jeu qui permettrait à certaines hyènes de dominer."

🎧 ECOUTER | Le temps d'un bivouac sur les voix des animaux 

ALLER PLUS LOIN

Thèmes associés