Des pratiques sexuelles entre des macaques et des cerfs ont été observées régulièrement par des chercheurs canadiens. Il ne s'agit pas d'accouplements à proprement parler mais de pratiques sexuelles entre deux espèces animales très éloignées. Un éthologue livre quelques hypothèses pour expliquer ce comportement.

Capture d'écran vidéo de University of Lethbridge, Canada
Capture d'écran vidéo de University of Lethbridge, Canada © Jean-Baptiste Leca et Noëlle Gunst

Un macaque sur le dos d'une biche, en train de se frotter les parties génitales. Cette scène a été filmée pour la première fois l'année dernière, sur l'île Yakushima au Japon, par une équipe de scientifiques français. C'était la première fois que l'on observait chez un primate non humain, une pratique sexuelle avec un partenaire d'une autre espèce. Le macaque monte sur la biche et se livre à des mouvements de va et vient sans équivoque. La biche elle, ne manifeste aucune opposition.

Des pratiques pas si exceptionnelles

Sauf que ce que les chercheurs ont pris pour un comportement inter-espèces tout à fait exceptionnel, est en fait régulier et fréquent. À 257 reprises, l'équipe canadienne a observé des femelles macaques grimpant sur le dos des cerfs pour se frotter de la même manière que leurs congénères masculin filmés il  y a un an à 1.000 kilomètres de là. Là encore, le cerf ne dit rien la plupart du temps.

"Il faut comprendre pourquoi on le voit à certains endroits et pas à d'autres" affirme Cédric Sueur, éthologue à l'institut pluridisciplinaire Hubert Curien.

Assouvir un besoin en cas de déséquilibre mâles/femelles

"Il y a un problème de sexe-ratio certaines années. _Ou bien il y a trop de mâles ou bien trop de femelles_. Dans ces conditions, les mâles ou les femelles ont des rapports avec les cerfs, au lieu d'en avoir avec les individus de la même espèce." explique Cédric Sueur.

Dans d'autres cas, la frustration sexuelle des primates est assouvie au travers de rapports homosexuels. Si l'échange n'est pas violent, c'est parce que ces deux espèces sont proches, elles vivent même en symbiose. Les singes vont chercher des fruits dans les arbres, qui tombent et permettent aux cerfs de les manger. Les singes se nourrissent aussi des tiques présentes dans les poils des cerfs et riches en protéines.

Des pratiques copiées ou apprises ?

Mais cerfs et macaques ont une autre activité commune : le jeu ! Une sorte de rodéo mené par les macaques sur le dos de leurs amis à quatre pattes. Ce jeu en mène parfois à d'autres, bien moins catholiques, ont donc remarqué les scientifiques.

"Chez les macaques japonais, nous connaissons beaucoup de comportements culturels comme le lavage de patates douces, le tamisage de grains de blé, se baigner dans des sources d'eau chaude... Mais ce qu'il faut qu'on comprenne, c'est si ce comportement va se maintenir et pourquoi, ou bien s'il va disparaître et quelles en seront les raisons", réfléchit le chercheur Cédric Sueur, "d'un point de vue scientifique c'est quelque chose de très intéressant".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.