Deux paléontologues développent depuis début 2000 la pratique de leur spécialité au sein du Synchrotron de Grenoble. Les plus beaux fossiles du monde passent dans leur laboratoire

Des œufs de dinosaure scannés dans le synchrotron de Grenoble
Des œufs de dinosaure scannés dans le synchrotron de Grenoble © Getty

C'est une expérience unique que vient de vivre le paléontologue Vincent Fernandez. L''étude d’œufs pondus par une femelle dinosaure il y a plus de 190 millions d'années.

Ces œufs ont donc été "passé au synchrotron". Le but était de répondre a différentes questions se pose aujourd'hui les paléontologues. Sur la vitesse de croissance des dinosaures notamment.

Synchrotron, Kézaquo ?

Le synchrotron de Grenoble
Le synchrotron de Grenoble © Maxppp

Le synchrotron (L'ESRF - Installation Européenne de Rayonnement Synchrotron) est un accélérateur de particules qui produit des rayons X. Ces rayons qui sont des milliards de fois plus nombreux que dans les scanners que l'on trouve dans les hôpitaux ou les laboratoires permettent de voir avec une très grande précision à travers des matériaux très dense. En paléontologie, cela permet donc de voir les os à l'intérieur de la roche, sans détruire le fossile, mais également de regarder à l'intérieur des os pour voir leur micro-structure.

Alors qu'ont vu les paléontologues dans ces œufs argentins ? Les explications de Vincent Fernandez :

►ECOUTEZ || Les Savanturiers de Fabienne Chauvière

El Tranquilo

C'est le nom du site argentin d'ou proviennent les œufs apportés à Grenoble par le paléontologue argentin Diego Paul. Ce site est connu des spécialistes depuis qu'on y a découvert un tout petit dinosaure dans les années 70. Il fut baptisé Mussaurus parce qu'il avait la taille d'une souris.

Au début des années 2000, Diego Paul décide de retourner sur le site pour poursuivre les recherches. Il ne s'attendait sans doute pas à de telles découvertes : des restes de dinosaures adultes, mais surtout, des nids complets avec plus de quatre vingts œufs par nids.

Il y a quelques semaines, Diego Paul a donc traversé l'Atlantique avec une trentaine de ces œufs, afin de tenter de répondre à cette question : comment de si petits œufs peuvent-ils être à l’origine de très gros animaux ?

Et surtout, en combien de temps un bébé dinosaure atteint-il sa taille adulte ?

Et comme l'explique Vincent Fernandez, ce mystère n'est pas encore tout à fait résolu :

La paléontologie au sein du synchrotron, une activité que Vincent Fernandez et Paul Tafforeau développe depuis une quinzaine d'années. Ce qui leur permet de voir passer les plus beaux fossiles du monde dans leur laboratoire

Pour aller + loin

► Les savanturiers : Jean Le Loeuff et les dinosaures carnivores
► La tête au carré : T. rex, une star planétaire
► La une de la science : Des tissus cérébraux de dinosaures mis en évidence, une première !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.