S'il parvient à voler dans l'atmosphère martienne, le petit hélicoptère de la NASA réalisera une première. Il vient d'être désolidarisé du robot Perseverance auquel il était accroché et se prépare pour son premier vol le 11 avril.

Ingenuity prêt pour son premier vol
Ingenuity prêt pour son premier vol © NASA/ JPL-Caltech

Au Jet Propulsion Laboratory de la NASA (Pasadena), l'équipe d'Ingeniosity emmenée par Mimi Aung, vit les yeux rivés sur son "bébé", un petit drone de 1,8 kilo censé réaliser le premier vol extra terrestre. Il a déjà réussi deux premières étapes cruciales : survivre aux intenses vibrations du décollage et de l'atterrissage et résister à une première nuit glaciale en autonomie. Embarqué sous le ventre du robot Perseverance, en position inversée pour que les 4 pieds soient protégés à l'intérieur de l'habitacle du rover, Ingenuity bénéficiait jusque là  de l'énergie de son porteur (le rover).  Pas à pas, avec une extrème prudence, les ingénieurs déroulent la séquence qui précède le premier envol.  L'hélicopère a lentement été détaché, retourné et déposé sur le sol, quelques dizaines de centimètres plus bas.  Le robot s'est ensuite éloigné, comme en attestent les traces laissées par ses 6 roues dans le régolithe martien. À présent Ingenuity est autonome.

Première nuit cruciale

Et il a survécu à sa première nuit de grands froids. Sur la planète rouge l'écart thermique entre nuits et jours est important: de +20° à - 90° , ce qui met à rude épreuve l'électronique de bord.  Quand Ingenuity a été "lâché" par Perseverance, sa batterie était chargée à 100% mais, très vite, il fallait vérifier que cette énergie suffirait pour surmonter les nuits. A présent, c'est l'énergie solaire qui va charger la batterie. Quelques jours seront consacrés à étudier les cycles de charge par le panneau solaire.  "Si on n'a pas assez d'énergie, on ne survivra pas aux nuits et on ne réussira pas à voler" a confirmé Mimi Aung aujourd'hui.

Cette énergie doit non seulement servir au vol mais aussi au petit radiateur prévu pour maintenir une température plus clémente pour les instruments. "Le système de chauffage maintient une température intérieure de 7°" explique Bob Balaram, ingénieur en chef au sein de l'équipe. Après la première nuit, l'équipe au sol devra attendre un signal pour savoir si le minuscule hélicoptère a passé l'épreuve du feu. 

Vers une exploration augmentée

Avant le premier vol, désormais programmé le 11 avril, la NASA doit déverrouiller les rotors. Elle a prévu de faire tourner à 50 tours / minute les hélices avant de pousser la puissance jusqu'au 240 tours minutes, la vitesse de croisière  Lors de la première mise en route, il est prévu un décollage vertical puis un retour au sol. Petit à petit, les déplacements se feront plus longs et plus complexes (en latéral par exemple). Mimi Aung insiste sur le fait qu'il s'agit d'un prototype et que sans pilote pour corriger d'éventuels problèmes, il a été décidé de prendre son temps et de multiplier les vérifications. Ingenuity a 30 jours pour faire ses preuves. Si le concept est validé, de tels drones pourraient être ajoutés aux missions spatiales futures afin de compléter le travail des rovers. Dotés de caméras ou de capteurs, ils élargiraient considérablement la zone d'étude des engins roulants dont disposent actuellement les scientifiques sur Mars.