D'autres exercices grandeur nature auront lieu en France
D'autres exercices grandeur nature auront lieu en France © CHU Reims

En France, la prévention pour lutter contre le virus Ebola s'organise. La ministre de la santé a demandé récemment que des exercices grandeur nature aient lieu sur tout le territoire pour faire face à un éventuel cas. A Reims, un étudiant en médecine a donc joué au malade pour la journée.

De la secrétaire qui accueille le patient à l’entrée des urgences aux infirmiers et aux médecins… Tout le monde doit être capable non seulement d’identifier un patient malade du virus Ebola mais aussi de le prendre en charge.

Les moindres faits et gestes du personnel ont donc été scrutés à la loupe et le responsable des équipes non médicales, François Ferrière, est satisfait . La difficulté la plus prégnante reste selon lui, la prise en charge des déchets, des liquides et du matériel utilisés lors des soins donnés au patient et que l'on doit ensuite faire disparaître.

Les exercices ont eu lieu au CHU de Reims
Les exercices ont eu lieu au CHU de Reims © CHU Reims

Les moments critiques

Autre moment critique, le déshabillage des soignants qui doivent porter une combinaison étanche, un masque, des lunettes et des gants. Or, le plus délicat, c’est d’enlever ces protections sans se contaminer à son tour.

Philippe-Lévy-Chazal est le médecin responsable du SMUR de Reims . Pour lui, l'essentiel est de former tout le personnel à effectuer ces opérations étape par étape.

De l'infirmier au médecin, tout le monde est concerné
De l'infirmier au médecin, tout le monde est concerné © CHU Reims
Plus de 150 personnes ont déjà été formées au CHU de Reims. Au courant du mois de novembre, ce sera au tour du personnel des urgences pédiatrique et de la maternité. Par la suite, de nouveaux exercices de simulation auront lieu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.