Roissy
Roissy © MaxPPP/Le Parisien/Arnaud Dumontier

Thomas Eric Duncan, premier cas diagnostiqué de fièvre Ebola aux États-Unis, est mort mercredi matin dans un hôpital de Dallas. L'homme a présenté les premiers symptômes de la maladie alors qu'il était arrivé aux USA en provenance du Liberia, l'un des pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés par l'épidémie.

La Maison Blanche annonce donc des contrôles renforcés dans cinq aéroports aux Etats-Unis. Cela aurait-il pu arriver en France ? Comment détecter les malades d'Ebola à leur arrivée par avion sur le sol français?

A l'aéroport international de Roissy, qui voit transiter chaque jour près de 250 000 passagers, un homme supervise le contrôle du virus, un médecin qui a formé les équipes de Roissy et qui rassure les passagers.

Julie Pietri a pu le rencontrer

Ebola en Espagne : des négligences à l'origine de ce premier cas européen ?
Ebola en Espagne : des négligences à l'origine de ce premier cas européen ? © Radio France

En première ligne

Les États-Unis et l'Europe cherchent donc à se protéger autant que possible, mais c'est toujours en Afrique de l'ouest que la situation est la plus critique. Le virus y a déjà fait près de 3 900 morts, selon le dernier bilan de l'OMS. Parmi les pays les plus touchés, le Liberia, qui lutte contre Evola avec des moyens dérisoires.

Sur place, des volontaires continuent à prendre des risques quotidiens pour tenter d'aider les populations, tout en respectant des mesures de précaution très strictes, parfois inefficaces puisque plusieurs contaminations ont déjà été enregistrées.

En première ligne, les volontaires de Médecins sans Frontières, comme cette infirmière contactée par Danielle Messager

Un membre du personnel médical international de la Mission des Nations unies au Liberia (Minul) a contracté le virus et a été pris en charge, a annoncé l'Onu mercredi. Il s'agit du deuxième cas au sein de la Minul. Le premier est décédé le 25 septembre. Avec 2.201 morts, le Liberia est le pays le plus touché.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.