Quelques mois après la fin de l'épidémie qui a fait plus de 11.000 morts en Afrique, l'OMS a annoncé avoir trouvé un vaccin contre Ebola.

Une femme lit un mémo sur Ebola à l'hôpital de Monrovia au Liberia, le 25 novembre 2015.
Une femme lit un mémo sur Ebola à l'hôpital de Monrovia au Liberia, le 25 novembre 2015. © Maxppp / AHMED JALLANZO

Plus de 11.000 morts en deux ans. L’épidémie d’Ebola a ravagé l’Afrique de l’Ouest. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé hier avoir trouvé un vaccin efficace jusqu'à 100%. Un vaccin très attendu, quarante après les premiers cas car jusqu'ici il n'était possible de traiter que les symptômes.

Le virus Ebola est très contagieux, il se transmet par le contact avec du sang, par les éternuements, par les liquides biologiques (urine, salive, sueur) de personnes infectées. Un environnement contaminé est également dangereux. La mort peut intervenir deux semaines après la contagion.

C'est en 1976 que les premiers cas d’Ebola ont été enregistrés au Zaïre, 600 personnes sont mortes à cause de ce virus. Plusieurs épidémies ont eu lieu entre 1976 et 2014, mais c’est entre 2014 et 2016 que le virus a été le plus meurtrier.

11.000 morts en deux ans

Le 23 décembre 2014, un cas d’Ebola a été détecté au sud-est de la Guinée. Le virus s’est ensuite propagé dans les pays voisins, principalement au Liberia, et au Sierra Leone, mais aussi au Mali et au Nigeria. 28.000 personnes ont été infectées au total.

En deux ans, 2.500 personnes sont mortes d’Ebola en Guinée, 4.800 au Liberia, 3.950 au Sierra Leone. Le taux de mortalité d’Ebola, pour cette épidémie, est de 70%.

Le vaccin pourrait être disponible dès 2018, après validation des autorités européennes et américaines.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.