Berceau des premiers exploits de l'aventure spatiale, le site kazakh d'où va décoller l'astronaute français Thomas Pesquet a très peu changé depuis les années 1950.

Monument en l'honneur de la création du cosmodrome de Baïkonour
Monument en l'honneur de la création du cosmodrome de Baïkonour © Radio France / Sophie Bécherel

Il sera le dixième Français à aller dans l'espace. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Thomas Pesquet s'envolera pour la Station spatiale internationale (ISS) à bord d'un vaisseau Soyouz lancé depuis Baïkonour, au Kazakhstan. La fusée qui emportera le Français et ses coéquipiers, le Russe Oleg Nijitsy et l'Américaine Peggy Whitson, vers l'ISS, a déjà rejoint son pas de tir.

VIDEO | Les derniers mètres de Soyouz avant le départ de Thomas Pesquet, le 14 novembre 2016

Isolé dans la steppe, le site de Baïkonour s'étend sur près de 7 000 km2, l'équivalent du département de l'Ile-et -Vilaine. Les Russes le louent 150 millions de dollars par an au Kazakhstan. C'est depuis ce cosmodrome que Youri Gagarine, le premier homme envoyé dans l'espace, s'est envolé le 12 avril 1961.

Mur à la gloire des protagonistes de la conquête spatiale russe (Musée de Baïkonour)
Mur à la gloire des protagonistes de la conquête spatiale russe (Musée de Baïkonour) © Radio France / Sophie Bécherel

Le musée de Baïkonour, dédié au cosmodrome, regroupe des maquettes et des vestiges des diverses missions spatiales. On y trouve notamment le siège de la capsule Soyouz, dans laquelle va voyager Thomas Pesquet.

Le siège de la capsule Soyouz, où Thomas Pesquet et ses coéquipiers vont passer 48 heures avant de s'arrimer à l'ISS.
Le siège de la capsule Soyouz, où Thomas Pesquet et ses coéquipiers vont passer 48 heures avant de s'arrimer à l'ISS. © Radio France / Sophie Bécherel

Le compte à rebours commencera jeudi vers 18h, heure française, trois heures avant le décollage. D'ici là, Thomas Pesquet, placé en quarantaine, aura encore l'occasion de dire au revoir à ses proches.

Avant le départ, l'équipage devra sacrifier à toute une série de traditions : bénédiction par un prêtre orthodoxe, transport jusqu'au pas de tir dans un car orné de fers à cheval etc.

Thomas Pesquet a d'ores et déjà planté son arbre dans l'allée des héros et signé le mur du musée de Baïkonour.

Les visiteurs du musée de Baïkonour sont invités à signer l'affiche de la fusée Soyouz
Les visiteurs du musée de Baïkonour sont invités à signer l'affiche de la fusée Soyouz © Radio France / Marcos Darras

► REECOUTER La tête au carré avec Thomas Pesquet

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.