Depuis novembre 2017, la Nouvelle Aquitaine compte 150 cas de personnes touchées par la rougeole. Pour les autorités de santé, la seule solution est la vaccination.

Depuis le 1er janvier, le vaccin contre la rougeole est obligatoire.
Depuis le 1er janvier, le vaccin contre la rougeole est obligatoire. © Maxppp / PIERRE ROUANET

Une épidémie de rougeole s'abat sur la Nouvelle Aquitaine depuis novembre 2017. La région compte 150 cas de personnes touchées par la maladie et le virus continue à se développer. 

Annie Burbaud, membre de la direction de la santé publique de l'Agence régionale de la santé (ARS) Nouvelle Aquitaine affirme sur France info : "Si on se vaccine, on pourra arrêter cette épidémie".   

Aujourd'hui, l'épidémie continue à progresser, avec environ 150 cas sur la Nouvelle Aquitaine. Sur ces 150 cas, 80% n'étaient pas vaccinés et 28% ont été hospitalisés. Initialement, explique Annie Burbaud,  le foyer avait démarré sur la métropole bordelaise et s'étend actuellement sur la Vienne avec quelques cas sporadiques en Charente et en Dordogne.      

Maladie virale extrêmement contagieuse

La contamination se fait très rapidement car il s'agit d'une une maladie virale extrêmement contagieuse, qui se transmet par la toux, les éternuements. On estime qu'une personne peut contaminer en moyenne 20 personnes. Il n'y a pas de traitement curatif, simplement un traitement symptomatique et le seul traitement préventif que nous ayons actuellement est la vaccination affirme-t-elle.

Très sévère pour les enfants de moins d'un an, les adolescents et les jeunes adultes

C'est une maladie qu'il faut prendre au sérieux et qui n'est pas bénine. Annie Burbaud fait référence a l'expérience de l'épidémie qui a sévi en France entre 2008 et 2011, "puisqu'on a comptabilisé 25 000 cas de rougeole sur notre pays avec 25% de personnes hospitalisées". La rougeole est surtout très sévère pour les enfants de moins d'un an, les adolescents et les jeunes adultes. 

Actuellement, beaucoup de jeunes adultes ont été frappés par cette maladie. Afin de stopper cette épidémie rapidement, il faudrait selon elle, se vacciner. "Il faut que tous les gens qui ne sont pas à jour sur leur vaccination aillent faire vérifier leur vaccination auprès d'un médecin traitant. Il est encore temps d'aller se faire vacciner. "                      

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.