Selon un sondage IFOP, 82% des Françaises s'épilent le maillot. Ce qui n'est pas sans conséquences sur leur santé, comme l'expliquent dans "La Tête au carré" le médecin Jean-Marc Bohbot et la journaliste Rica Etienne, qui viennent de sortir un livre sur le microbiote vaginal.

L'épilation intégrale du maillot est-elle dangereuse pour la santé ?
L'épilation intégrale du maillot est-elle dangereuse pour la santé ? © Getty / PeopleImages

L'épilation totale du maillot est aujourd'hui une pratique de plus en plus courante : les trois quarts des jeunes femmes s'épilent le maillot, contre seulement une sur deux chez les plus de 26 ans. Et comme l'IFOP Le soulignait dans un tweet cet été : 22% des (dont 45% des - 25 ans) vont pratiquer l’épilation intégrale.

Interrogé sur le microbiote vaginal au micro de Mathieu Vidard, le gynécologue Jean-Marc Bohbot met en garde contre l'épilation : "De plus en plus de publications internationales montrent qu'il y a une augmentation du nombre de maladies sexuellement transmissibles directement lié à l'épilation : papillomavirus, herpès, syphilis... 

L'épilation : pourquoi pas... mais le plus dangereux, c'est l'épilation définitive au laser où on va détruire le follicule pileux et on va détruire en même temps la petite glande sébacée qui est chargée de lubrifier la peau. J'ai des jeunes filles qui viennent me voir après une épilation définitive au laser et qui seront définitivement contraintes d'utiliser des produits hydratants pour le restant de leurs jours." Il résume : "Qu'on s'épile le maillot, pourquoi pas : il y a des modes - mais surtout pas d'épilation définitive !"

Les chercheurs soulignent au moins quatre rôles essentiels pour ces poils pubiens :

  • éviter les infections de la peau. 
  • lubrifier la peau : "la peau a absolument besoin d'être lubrifiée, a fortiori la vulve qui est un pli, qui frotte avec les vêtements, etc."
  • permettre la migration des "bonnes bactéries" (les lactobacilles) qui vont venir réensemencer la flore vaginale après un rapport sexuel (le pH du sperme est de 7, celui du vagin est de 4,5... Une demi-heure environ après le rapport sexuel, les lactobacilles auront ré-acidifié la cavité vaginale)
  • diffuser des odeurs pendant l'acte sexuel - des études montre que "des odeurs stimulantes" augmenteraient le taux de testostérones. 

Regardez le médecin Jean-Marc Bohbot et la journaliste Rica Etienne lors de leur passage à l'antenne sur France Inter :

Aller plus loin

ECOUTEZ les auteurs du Microbiote vaginal, Jean-Marc Bohbot et Rica Etienne au micro de Mathieu Vidard dans La Tête au carré

ECOUTEZ Yolande, 82 ans, est esthéticienne. 50 ans d'épilation du maillot, à écouter sur arte radio

Pour plus d'émissions scientifiques, écoutez Mathieu Vidard du lundi au vendredi de 14h à 15h dans La Tête au carré.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.