C'est l'idée d'une entreprise britannique. Elle veut tester, dans un champ d'oliviers espagnol, le potentiel insecticide de ses mouches mutantes, au grand dam des écologistes.

La mouche de l'olive est un vrai fléau qui empire d'année en année et qui a connu un été particulièrement vorace en 2014 où elle a ravagé les oliveraies du bassin méditerranéen et d'Espagne, menaçant même la production d'huile d'olive. Les pertes annuelles sont estimées à plus de 700 millions d’euros. La mouche pond ses œufs directement dans les fruits. Quand la larve se développe, la pulpe noircit, les fruits tombent.

Comment lutter contre ce parasite ?

Oxitec veut tester, durant un an, le potentiel de ses insectes trasgéniques dans un champ d'oliviers espagnol de 1.000 m2 près de la ville de Tarragone, dans le sud de la Catalogne. La stratégie est simple : mettre en contact les mouches génétiquement modifiées, toutes des mâles, avec des mouches de l'olive femelles. Les larves qui naîtront de ces accouplements mourront très vite permettant, en principe, d'endiguer ce parasite des oliveraies, généralement difficilement combattu grâce à des agents chimiques.

Les écologistes sont vent debout

Certes, le terrain prévu pour l'expérimentation est censé être recouvert d'un filet, mais ses mailles seront-elles suffisamment resserrées pour pas qu'une seule mouche s'en échappe ? Au total, 18 organisations environnementales ont demandé l'interdiction de cette expérimentation qu'ils jugent dangereuse, un véritable danger public selon elles. Le gouvernement régional de la Catalogne avait déjà dit non à Oxitec en 2013 pour la même demande, elle devra se prononcer à nouveau sur le sujet en septembre. Si cette demande était acceptée, ce serait la première dissémination d’animaux transgéniques dans l’Union européenne.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.