Manipuler les esprits, un des pouvoirs du professeur X
Manipuler les esprits, un des pouvoirs du professeur X © Wikimedia Commons

Colère (spontanée) des internautes : le réseau social aurait manipulé en secret les émotions de 700.000 de ses utilisateurs pour une grande expérience sur la "contagion émotionnelle" ! Une étude (intéressante) publiée depuis dans une revue scientifique américaine...

L'utilisateur de Facebook est-il un "mouton émotionnel" ? C'est (en caricaturant un peu) la question que se sont posés en 2011 les auteurs de cette étude, réalisée pendant une semaine en 2012 avec l'accord du réseau social. Elle a été publiée le 17 juin et on y apprend notamment que oui, nos émotions sont influencées par celles qui ressortent des messages lus sur Facebook.

► ► ► À LIRE | L'étude complète sur le site de la revue scientifique américaine PNAS

Les précisions d'Hélène Chevallier

Mais ce ne sont pas vraiment ces résultats qui font parler. C'est plutôt la méthode : immédiatement après avoir découvert le pot aux roses, les internautes se sont révoltés contre ce qu'ils considèrent comme une manipulation de leurs émotions en ligne. Car pour parvenir à leurs fins, les auteurs ont dû légèrement tricher avec la réalité, modifiant les informations reçues par un groupe d'utilisateurs grâce aux algorithmes de Facebook. Légal, certes, mais discutable du point de vue éthique.

Évidemment, le réseau de Mark Zuckerberg se défend : "cette recherche a été menée pendant seulement une semaine", assure le site, qui précise aussi que ce type d'étude est utile "pour améliorer nos services", notamment pour "comprendre comment les gens répondent à différents contenus positifs ou négatifs".

Reste à savoir si les (nombreux) articles sur le sujet impacteront positivement ou négativement les émotions des internautes. Même s'ils pourront difficilement les agacer plus que les photos de pieds nus sur la plage ou une énième invitation à jouer à Candy Crush.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.