L'Unaf, l'union nationale de l'apiculture française, alerte le gouvernement sur la mortalité importante des colonies d'abeilles ces dernières semaines. Elle réclame une indemnisation des apiculteurs et surtout un environnement moins toxique pour les insectes pollinisateurs.

De nombreuses ruches importantes sont désertées ou peuplées d'abeilles mortes
De nombreuses ruches importantes sont désertées ou peuplées d'abeilles mortes © AFP / FRED TANNEAU

Le printemps, c'est la grande saison pour les abeilles. C'est le moment pour elle de faire le plein de nectar et de pollen. Encore faut il pour ça... qu'elles soient vivantes. Et cette année "c'est une hécatombe" selon Jean-Marie Camus, apiculteur dans l'Aisne et président de l'association sanitaire apicole du département : "Tous les ans, au début de printemps, on ouvre les ruches. On s'est aperçu qu'une grande partie des ruches importantes étaient vides, en grande partie, avec des abeilles mortes à l'intérieur, presque 100 % par endroit."

Constat dressé aux quatre coins de la France selon l'Unaf. En Dordogne, près de 2 500 colonies mortes. En Charente Maritime et en Bretagne une situation catastrophique. Des mortalités importantes dans le Doubs ou encore en Creuse.. A tel point que certains apiculteurs veulent jeter l'éponge. "Je n'ai jamais vu ça, déplore Jean-Marie Camus, des apiculteurs pleurer en disant 'j'arrête', des personnes qui ont 40 ans d'apiculture n'ont jamais vu ça."

Mortalité inexplicable

Et ces mortalités anormales sont pour l'instant difficiles à expliquer. La météo de l'hiver, certaines maladies ont sûrement leur part de responsabilité. Mais pour les apiculteurs, les pesticides n'y sont certainement pas pour rien non plus : "C'est la première chose à laquelle on pense. Nos abeilles sont bien soignées, surtout au long de la saison [hivernale]. On les vérifie, on les bichonne, elles ne reviennent pas, donc il y a quand même un problème, elles sont complètement déboussolées."

L'Union nationale de l'apiculture française veut en finir avec les pesticides jugés les plus toxiques pour les abeilles. Notamment les néonicotinoïdes.

On attend d'ailleurs une décision importante de l'Union Européenne au sujet des néonicotinoïdes aujourd'hui. Les Etats membres doivent se prononcer sur l'interdiction de ces insecticides tueurs d'abeilles sur les cultures de plein champ.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.