[BEST OF] L'amour et les mathématiques, la grotte d'Homo Naledi, la "race blanche" et les psys : Voici une sélection des sujets abordés cette semaine dans La Tête au Carré.

Écoutez le meilleur de la semaine de La Tête au Carré :

Amour et Mathématiques

The Big Bang Theory - The closure alternative (2013)
The Big Bang Theory - The closure alternative (2013) © MONTY BRINTON/LANDOV/MAXPPP

Le mathématicien Alexandre Grothendiek avait deux passions dans la vie : les mathématiques et les femmes. Pour les deux invités de la Tête au carré, Frédéric Morlot et Alain Badiou semblent d'accord sur la compatibilité des deux thémes. Le mélange des deux activités est même arrivé à Alain Badiou dans sa jeunesse alors qu'il travaillait avec une jeune femme sur des problèmes de géométrie du triangle.

►►► Ré-écoutez Mathématiques et Philosophie

Homo Naledi

Homo Naledi et Lee Berger
Homo Naledi et Lee Berger © SHIRAAZ MOHAMED/EPA/Newscom/MaxPPP

Laurent Bruxelles et José Braga nous raconte l'exploration de la grotte où un de nos ancêtres, Homo Naledi, venait enterrer ses morts. Mais l'accès et la profondeur de cette grotte posent beaucoup de questions. L'entrée est si étroite que Laurent Bruxelles y laisse une côte. Comment des hommes sans équipements ni lumières sont-ils passés ? Existe-t-il une autre entrée encore inconnue ?

►►► Ré-écoutez Little Foot, un fossile pas comme les autres

La notion de "race blanche"

Loyauté
Loyauté © Fotolia / lassedesignen

Après les propos de Nadine Morano sur un plateau de télévision concernant une race blanche française, deux généticiens, Pierre-Henri Gouyon et Axel Kahn , sont venus sur le plateau de la Tête au Carré pour donner une réponse scientifique à la députée européenne.

►►► Ré-écoutez Eric Karsenti - médaille d'or du CNRS 2015

Les psys sont-ils des surhommes ?

Psychanaliste
Psychanaliste © Alberto Ruggieri/Illustration Works/Corbis

Les psys sont-ils des surhommes ? Ces êtres qui soignent les peurs et les phobies de leurs patients sont-ils parfaits ? Christophe André , psychiatre et pyschothérapeute, explique justement le contraire. Ils sont des êtres humains comme les autres et peuvent connaître des troubles, des angoisses tout comme leurs patients. Et cette transparence permet d'améliorer l'efficacité du traitement.

►►►Ré-écoutez Les psys se confient

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.