Les initiés l’appellent l’ASCO, acronyme d’American Society of Clinical Oncology. Ce congrès se tient tous les ans, début juin, à Chicago et réunit chaque année plus de 40 000 oncologues du monde entier. C’est LE congrès mondial qui fait le point sur les avancées cliniques.

L'ASCO, qui se tient chaque année en juin à Chicago, c'est le congrès annuel qui permet de présenter et comparer toutes les nouvelles thérapeutique
L'ASCO, qui se tient chaque année en juin à Chicago, c'est le congrès annuel qui permet de présenter et comparer toutes les nouvelles thérapeutique © ASCO / Michael R. Schmidt 2018

Pendant cinq jours, plus de 5 000 présentations permettent d’exposer les résultats des essais cliniques menés dans le monde entier. Et si France Inter s’y rend, chaque année, c’est pour vous parler - même si c'est de façon extrêmement simplifiée - des dernières avancées en matière de thérapeutique. 

Chimiothérapie, chirurgie, immunothérapie, thérapie ciblée, combinaisons de traitements, soins de support, perspectives de l’intelligence artificielle… Nous essayons chaque année de vous montrer ce qui progresse, ce qui déçoit, ce qui promet. 

Au cours des dernières années, par exemple, nous avons suivi les prémices et la confirmation de l’immunothérapie, ce traitement qui consiste à réveiller le système immunitaire "endormi" par la tumeur, pour mieux la combattre. Un traitement, sans qu’on comprenne pourquoi, qui marche seulement sur 20 à 30% des patients mais qui, quand il fonctionne, montre des résultats spectaculaires et prolonge significativement l’espérance de vie des patients. 

Depuis deux ans, nous assistons à l’émergence des CAR T-cells

Cette thérapie cellulaire consiste à prélever les cellules immunitaires du patient, à les modifier génétiquement pour en faire des tueuses de cancer et à les réinjecter ensuite au patient. Une thérapie révolutionnaire qui commence à faire ses preuves dans les cancers du sang mais dont l’efficacité reste à confirmer sur la durée. 

Une autre stratégie consiste à combiner immunothérapie et chimiothérapie, elle montre également des résultats prometteurs. 

Des nanoparticules injectées dans la tumeur permettent aussi de démultiplier localement l’effet d’une radiothérapie en limitant la dose de rayons administrée. 

Les résultats présentés à l’ASCO sont des résultats d’essais cliniques 

Ces résultats portent sur un nombre limité de patients volontaires qui ont accepté d’entrer dans un protocole où l’on compare par exemple l’effet d’une chimio seule par rapport à l’effet d’une combinaison de trois chimios. 

Quand les résultats sont bons, ils conduisent à changer l’approche thérapeutique et deviennent peu à peu les traitements de routine administrés à tous les patients. 

Ainsi l’immunothérapie, autrefois réservée dans le cancer du poumon à des patients en impasse thérapeutique est désormais administrée dans certains cas à des patients dont on vient de dresser le diagnostic. 

La France est une grande contributrice à l’ASCO. Elle présente en général 10% des études sélectionnées au congrès.

Le cancer est une cause majeure de décès dans le monde à l’origine de près de 9 millions de décès

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.