Le catamaran propre Energy Observer doit entamer au printemps un périple de six ans autour du monde, sans émission de gaz à effet de serre ou de particules fines.

L'Energy Observer qui débutera au printemps un voyage "propre" de six ans autour du monde
L'Energy Observer qui débutera au printemps un voyage "propre" de six ans autour du monde © ©Kadeg Boucher

Le Solar Impulse a désormais son alter ego . Après un tour du monde en avion propre, un nouveau tour du monde se prépare au printemps prochain, celui du catamaran Energy Observer. Ce bateau, unique, va voyager pendant six ans autour de la planète pour promouvoir la transition énergétique.

Cette aventure de six ans, sans polluer ni laisser de traces, c'est le rêve devenu réalité du skipper Victorien Erussard, le capitaine de l'Energy Observer : "être pionnier sur ce genre de technologie, c'est génial. L'idée c'est d'arriver à être complètement autonome en énergie, en eau, en tout, sans émission de gaz à effet de serre et sans particules fines."

Les deux skippers de l'Energy Observer
Les deux skippers de l'Energy Observer © ©Pierrick Contin

"La norme énergétique de demain"

La prouesse de ce bateau, c'est de mêler panneaux solaires, éoliennes et production hydrogène. Mais surtout de prouver que cela fonctionne.

"Les solutions existent déjà, explique Nicolas Hulot, parrain de l'aventure, mais il faut les mettre en lumière pour que les collectivités, pour que les citoyens, pour que les industriels s'en emparent." Il est convaincu que l'expérience va réussir à convaincre de la fiabilité de ce nouveau modèle : "le nouveau modèle il est là, il existe et il faut que dans un délai le plus court possible il devienne la norme énergétique de demain."

Plusieurs innovations technologiques, comme la pile à combustible, pourraient être mises sur le marché plusieurs années plus tôt grâce aux démonstrations de l'Energy Observer.
Plusieurs innovations technologiques, comme la pile à combustible, pourraient être mises sur le marché plusieurs années plus tôt grâce aux démonstrations de l'Energy Observer. © ©Kadeg Boucher

Des retombées réelles sur l'industrie

L'Energy Observer sera bien plus qu'un symbole ; l'équipe espère des retombées réelles rapides pour l'industrie. Florence Lambert, marraine du bateau et surtout directrice du CEA Liten, laboratoire spécialisé dans les énergies nouvelles, juge que certaines innovations, comme la pile à combustible qui permet de convertir de l'hydrogène en électricité, pourraient gagner "peut-être deux à trois ans de mise sur le marché en passant par ce démonstrateur de l'Energy Observer".

L'Energy Observer sera mis à l'eau au printemps et doit effectuer 101 escales autour du monde.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.