C'était un rêve de producteur, l’huître parfaite, quelque soit le bassin de production, consommable en toute saison, qui grossit beaucoup plus vite, une huître uniforme et à moindre coût. La science l'a inventée, mais au final, qu'avons-nous dans nos assiettes exactement ? Un documentaire pose la question.

L'huître triploïde représenterait plus de 50% des huîtres consommées en France
L'huître triploïde représenterait plus de 50% des huîtres consommées en France © Capture d'écran du documentaire "L’Huître Triploïde"

Vous aimez les huîtres ? Et bien régalez-vous, c'est la saison. Mais en fait, il y a-t-il encore une saison pour les huîtres ? Et d'ailleurs savez-vous exactement ce que vous dégustez ? Car désormais, même s'il est difficile de se procurer des chiffres exacts, l'huître triploïde représenterait plus de 50 % des huîtres consommées en France.

L’huître triploïde c’est une huître créée dans les laboratoires de l'Ifremer. Elle possède trois chromosomes au lieu de deux comme les huîtres naturelles et a l'avantage d'être stérile, donc pas laiteuse l'été, et de grossir plus vite, donc d'être plus rentable. 

Un documentaire très instructif sur le sujet a été projeté jeudi soir dans un cinéma Parisien. Il est disponible gratuitement ce vendredi sur le site huitretriploide.com.

L’huître triploïde, les producteurs en rêvaient, la science l'a inventée

Les producteurs ne le cachent pas, leur témoignage dans ce documentaire ne fait état que de rendement, de rentabilité, de tonnages et de commercialisation : "On a besoin d’huîtres tout au long de l'année, la triploïde est une huître stérile, elle ne produit pas de gamètes, donc elle n'es pas laiteuse, donc on peut les vendre toute l'année."

Seulement la médaille semble avoir son revers : d'abord une mortalité qui a explosé il y a 10 ans, et puis ces huîtres ne seraient pas si stériles que ça. 

Enfin, ce que dénonce le co-réalisateur Grégoire de Bentzmann, on ne sait pas ce qu'on a dans nos assiettes : Ce n’est pas un OGM, un organisme génétiquement modifié, on parle d'OVM, un organisme vivant modifié, parce que c’est une modification du chromosome et pas du génome, mais un ça reste un être vivant modifié par l'homme". "On est loin de l'image de naturalité de l’huître qui naît dans la mer et qui est juste accompagnée de la mer jusqu'à l'assiette par l'homme" explique Grégoire de Bentzmann "Mais effectivement tous ça les les gens ne le savent pas."

Et d'étiquetage, pour l'instant, il n'en est pas question.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.