Aujourd'hui dans l'émission la Tête au Carré, je journaliste Pierre Barthélémy évoque le problème du hoquet persistant et d'un remède qui n'est pas dans la liste transmise par nos grands-mères...

Le hoquet
Le hoquet © Getty Images

La myoclonie phrénoglottique ou hoquet est un mal qui touche chacun d'entre nous au moins une fois dans notre vie. De nombreux remèdes que nous connaissons tous comme boire un verre d'eau, arrêter de respirer, faire le poirier, se faire peur, manger du sucre ou tout en même temps, se révèlent peu efficaces.

Le record de durée d'un hoquet serait même de 68 ans , un véritable cauchemar pour sa victime... Pierre Barthélémy évoque une étude israélienne publiée en 2000 dans la revue "Le médecin de famille canadien". Elle y évoque une solution pour le moins insolite.

Elle évoque le cas d'un homme de quarante ans, souffrant de mal de dos. Ce dernier prend des anti-inflammatoires, va voir des spécialistes de médecine alternative et fini par aller voir un médecin qui lui fait une piqure de corticoïdes. Miracle de la médecine, le mal de dos disparaît enfin. Malheureusement, six plus tard, un hoquet persistant se déclenche.

Aucun traitement qu'il soit sérieux ou folklorique ne fonctionne. L'homme ne peut plus dormir, ni travailler. Au bout de quatre jour, il décide néanmoins d'avoir un rapport sexuel avec sa compagne. Et même durant le coît; il continua d'hoqueter. Si l'histoire ne nous dit pas si ce mal lui a donné un avantage certain pendant l'acte, ce qu'elle dit en revanche c'est qu'au moment de l'éjaculation, le hoquet a disparu d'un coup.

Un an après, le hoquet n'était pas revenu. Le mystère reste entier sur le mécanisme qui s'est déclenché pendant l'orgasme et qui aurait coupé la chique au hoquet. Dans les conclusions de cette étude, les auteurs déclarent :

Si un rapport sexuel avec un partenaire s'avérait impossible, la masturbation pourrait être tentée comme un moyen de stopper un hoquet réfractaire.

On ne sait pas en revanche si cette méthode s'appliquerait aussi efficacement pour les femmes.

►►►Retrouvez la Tête au Carré du 24 mai 2016

►►► La chronique de Pierre Barthélémy en partenariat avec le Supplément Science et Médecine du Monde

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.