L'hôpital Saint-Louis, à Paris, a rénové son musée des moulages : une collection unique au monde de près de 5.000 pièces.

Le musée conserve près de 5.000 moulages authentiques de toutes les parties du corps humain.
Le musée conserve près de 5.000 moulages authentiques de toutes les parties du corps humain. © Radio France / Danielle Messager

C'est un musée dont il est difficile de montrer les photos-souvenirs à un dîner de famille. Il abrite pourtant des pièces inestimables, datant de la fin du XIXe siècle : près de 5.000 moulages d'organes atteints par des maladies de peau. Soit la plus importante collection de cires dermatologiques au monde.

Mieux faire connaître la dermatologie

Inauguré lors de l'exposition universelle de 1889, le Musée de Dermatologie de l'Hôpital Saint-Louis, dans le dixième arrondissement de Paris, a été construit à l'époque afin de mieux faire connaître les maladies dermatologiques et de faciliter leur enseignement. Un siècle plus tard, le lieu est resté dans son jus : les vitrines ainsi que les moulages de verrues et de mycoses ont été classés en tant qu'objets mobiliers en 1992. Le bâtiment, lui, a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1997.

Le musée a été rénové pour préserver les moulages. Les travaux ont pris fin en avril 2017.
Le musée a été rénové pour préserver les moulages. Les travaux ont pris fin en avril 2017. © Radio France / Danielle Messager

Le 27 novembre dernier, le musée des moulages de l'hôpital Saint-Louis a été inauguré une nouvelle fois. Depuis la tempête de 1999, il était régulièrement inondé, ce qui menaçait autant les cires que les boiseries. Après avoir collecté un million d'euros (l'AP-HP a apporté près d'un tiers de la somme) des travaux ont été réalisés. Désormais terminés, les visiteurs peuvent traverser les quatre collections dans les meilleurs conditions. En plus des moulages "classiques", deux fonds recensent les curiosités chirurgicales et les malformations.

Les modalités d'accès et de visites sont à retrouver sur le site du musée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.